Photo : W. Kiezer
Photo : W. Kiezer

Direction le piémont cévenol pour observer des dizaines de moutons pâturer dans les vignes, une pratique intéressante pour nourrir les sols mais pas que…

C’est à Brissac au domaine d’Anglas que les ruminants prennent leur quartier d’hiver. Descendus dans les plaines depuis quelques semaines, l’herbe encore bien verte est un régal pour ces ovins qui repartiront l’été en altitude. Si la pratique appelée agropastoralisme est bel et bien rare dans le paysage viticole français, elle est pourtant intéressante pour le berger comme l’agriculteur. C’est une association complémentaire où l’éleveur fait profiter à ses animaux d’une nourriture en abondance et où le vigneron gagne du temps sur la gestion de l’herbe dans ses parcelles. Et en plus de se nourrir des adventices, le troupeau laisse des excréments en quantité qui apportent de l’azote pour les sols, qui une fois minéralisé, bénéficiera à la vigne.

Photo: W. Kiezer

Ce n’est pas du marketing

Le domaine est un coutumier des pratiques respectueuses de l’environnement. Et comme l’assure Roger Gaussorgues, le propriétaire vigneron du domaine, “la pratique est vertueuse et belle mais elle est également un complément à notre façon de travailler, ce n’est pas du marketing”. Certifié à l’agriculture biologique depuis 1999, les douze hectares de vignes sont même labellisés “Nature et Progrès” depuis 2012, un label reconnu pour son cahier des charges strict et poussé en matière de pratiques culturales durables.

Domaine familial depuis 1896, Roger Gaussorgues sort de la cave coopérative en 1999 et élabore ses premières cuvées. Le domaine est situé à l’extrémité est de l’appellation Terrasse du Larzac et vend 40% de la production sur place, au camping familial créé en 1993 avec son épouse Carole Gaussorgues. Une diversification des activités qui les amènent tout droit à l’agropastoralisme dans les années 2000.

En 2014, l’activité est ainsi labelisée “Clef Verte”, un écolabel qui récompense les hôtels, gîtes et campings pour la mise en place de pratiques durables et peu impactantes pour l’environnement. Gestion intelligente des déchets, maîtrise de la consommation d’eau ou encore sensibilisation à l’écologie de leur clientèle, le camping niché au bord du fleuve Hérault est en route vers une démarche écologique globale.

Des vins sans sulfites

Une démarche responsable qui se poursuit également dans l’élaboration des vins. Roger Gaussorgues produit chaque année seulement quelques milliers de bouteilles et souhaite révéler le terroir d’où les vignes sont cultivées. Lorsque le millésime le permet, la vinification se réalise sans sulfites, de la rentrée de la vendange à la mise en bouteille, en passant par la fermentation. Actuellement, le domaine produit 9 vins, des cuvées de soif aux vins de gastronomie (2 en AOC Terrasses du Larzac, 3 en AOC Languedoc, 2 IGP Pays d’Hérault, 2 Vin de France et 1 Vin Mousseux).


Le domaine d’Anglas a reçu le Grand prix d’or dans la catégorie hébergement à la propriété aux trophées de l’œnotourisme 2020 organisé par Terre de Vins.

Retrouvez la vidéo de l’agropastoralisme au domaine d’Anglas en cliquant sur ce lien.