La 14eme édition de l’opération « Toutes caves ouvertes », dimanche 15 avril à Montpeyroux, prendra une saveur particulière pour les 22 producteurs de ce village viticole héraultais en attente de classement en « Cru » dans la hiérarchie des appellations du Languedoc.

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas à Montpeyroux. Cette bourgade viticole de la vallée de l’Hérault, très prisée des amateurs de vins qui se pressent chaque printemps dans ses rues piétonnes à l’occasion de l’opération « Toutes caves ouvertes », s’apprête à officialiser une démarche de reconnaissance en cru pour ses vins rouges. Le dossier, « adoubé » par le syndicat de l’appellation socle Languedoc (le vaisseau amiral ou la maison mère en d’autres termes), sera présenté à l’INAO dans les prochaines semaines.

L’heure est donc aux réjouissances pour les 22 vignerons producteurs du village de Montpeyroux qui s’apprêtent à quitter l’appellation socle Languedoc… L’émancipation après tout, a très bien réussi aux vignerons de l’ère voisine, Les Terrasses du Larzac ! Mais paradoxalement, cette étape essentielle dans la démarche de hiérarchisation qui va permettre une reconnaissance de la notion de cru (ou appellation communale), est avant tout symbolique. « Nous avons franchi une première étape importante même si elle est strictement formelle, les vignerons de Montpeyroux s’étant dès 2011 imposés par anticipation les règles de production de la future appellation en modifiant leur cahier des charges », se félicite François Boudou, vigneron-président de la cave coopérative Castelbarry et président du cru.

Carignan : le grand retour

A Montpeyroux, le cahier des charges impose déjà aux vignerons qui se revendiqueront demain du futur cru, un rendement maximal de 42 hl/ha (il était de 36 hl/ha cette année), l’obligation d’élever les vins au moins un an, et le recours à trois cépages principaux (Syrah, Grenache, Mourvèdre) pesant 70 % de l’assemblage aux côtés des cépages secondaires.

La grande nouveauté – au-delà des nouvelles délimitations parcellaires inhérentes à toute démarche de cru – tient au retour en force du Carignan, imposé en cépage principal dans le futur cahier des charges. « L’évolution des mentalités et le changement climatique ont montré que ce cépage autochtone autrefois décrié, est partie intégrante de la typicité de nos vins, de notre histoire au même titre que les autres cépages », se félicite François Boudou.

A Montpeyroux, les vignerons ont là encore anticipé l’avenir : l’encépagement du vignoble était en 1957 à 80% représenté par le Carignan. Il couvre aujourd’hui ¼ de l’ère d’appellation. Et fait le bonheur des vignerons de cette bourgade, à l’image de Sylvain Fadat du domaine d’Aupilhac. Implanté depuis 1989 dans le village, ce fervent défenseur du classement en cru Montpeyroux produit hors AOC, un pur Carignan. « Je fais du 100% Carignan mais je suis 100% Monpeyroux, insiste-t-il. Cette cuvée, je la fais pour montrer que c’est un cépage à considérer qui façonne l’identité du cru. » A Montpeyroux ce dimanche, on fêtera le futur classement en cru de ce village en trinquant, aussi et surtout, à la gloire du Carignan !

BONUS
« Toutes caves ouvertes », le programme :

Le principe est celui de la déambulation libre de caves en caves, à la rencontre des 22 vignerons participant à l’opération ce dimanche 15 avril, de 10h à 18h. Dégustation des vins du domaine, voire des vieux millésimes à discrétion de chaque vigneron. Le tout en musique grâce à la présence notamment de deux fanfares. Restauration le midi sous les magnifiques voûtes des halles couvertes (repas servis par l’Atelier Nomade), bar à vins, Food Trucks. Prix unitaire : 7 euros donnant droit à un verre gravé et un kit de dégustation.
Toutes les infos sur www.montpeyroux-tco.fr