Photo: Champagne Colin
Photo: Champagne Colin

Vignerons indépendants depuis 25 ans, les Colin ont construit au fil des ans une très belle gamme, entre grands classiques et vision plus parcellaire d’un terroir magique dont ils offrent une expression sincère et émouvante.

Les champagnes Colin expriment par leur histoire le grand mouvement que connaît la Champagne depuis plusieurs décennies maintenant. Famille implantée depuis près de 2 siècles (1829) dans la prestigieuse Côte des Blancs, du côté de Vertus, elle s’est longtemps concentrée sur la production de raisins qui étaient vendus. Des viticulteurs en somme, comme il en existe encore beaucoup dans la région et qui fournissent l’essentiel de la matière première nécessaire aux grandes Maisons. Et puis, en 1996, décision a été prise par Romain et Richard, représentants de la 7ème génération, de devenir vignerons indépendants et de pouvoir ainsi exprimer sur leurs 10 hectares de vignes en premier et grand crus leur vision de ce terroir qu’ils chérissent. Sans renier l’histoire de la région qui s’est construite autour de l’art ô combien délicat de l’assemblage, deux familles de cuvées ont ainsi été créées. D’un côté, les « Portraits de famille » qui expriment la quintessence du style Colin. On y retrouve notamment la très charmeuse cuvée Alliance qui est un pont entre le vignoble du Sézannais et celui de la Côte des Blancs. Mais aussi le très agréable Blanc de Blancs « Parallèle » (34,90€), un 100% chardonnay issu uniquement du village premier cru de Vertus. Un vin d’une belle franchise, aux notes florales et d’agrumes légèrement confits très délicates, et doté d’une grande précision. A côté de cela, la gamme « à travers champs » s’inscrit comme une ode à la diversité, à l’unicité de styles où le parcellaire prend tout son sens.

Un nouveau venu et des évolutions en perspective

Beaucoup d’émotions dans cette gamme où l’on retrouve notamment des coteaux champenois blancs ainsi qu’un rosé de saignée en 100% pinot noir. Et puis, il y a La croix Saint-Ladre (55,90€) qui a été isolé sur le millésime 2016. Romain Colin explique ainsi que « des carottages sur cette parcelle ont permis de percevoir toute la typicité de ces sols. Nous les avons sentis, goutés et le côté amer et tendu ressortait nettement ». Et de préciser que « cette cuvée n’est pas produite tous les ans. Nous l’avons sortie sur 2016, seul millésime où nous n’avons pas bloqué les fermentations malolactiques ce qui confère au vin une magnifique rondeur, puis sur 2017 et 2019 ». A la dégustation, ce champagne surprend par son côté complexe mais accessible dans le même temps. Un très beau bouquet d’agrumes mêlé de fruits blancs et de quelques épices douces s’étire avec une très nette allonge en finale portée par de très beaux amers. Et que les amateurs se réjouissent, la cuvée les Grandes Terres, un Blanc de Blancs grand cru, va évoluer dans les prochaines années. Actuellement assemblage de parcelles sur Cramant et Oiry, la cuvée sera à l’avenir un mono-cru Cramant car les vignes seront arrachées sur Oiry. Cela va renforcer encore sa typicité. Et puis, Romain ne cache pas qu’il aimerait beaucoup produire un Blanc de Noirs de Vertus, ce terroir de très beaux pinots noirs en pleine Côte des Blancs. Un projet que l’on suivra avec attention et qui témoigne de tout le dynamisme de ce très bon domaine.