Photo: C. L'hôte
Photo: C. L'hôte

La 61e vente aux enchères des Hospices de Nuits-Saint-Georges s’est tenue dimanche 20 mars au Château du Clos de Vougeot. À la clef, 2,48 millions d’euros de résultat. Le record est, une nouvelle fois, pulvérisé.

Le grand cellier du château du Clos Vougeot plein à craquer, et une excitation palpable chez les acheteurs : la vente des Hospices de Nuits-Saint-Georges n’avait jamais suscité autant d’attentes. « C’est une réelle émotion de vous voir si nombreux. C’est le signe que le domaine continue à progresser en qualité et en  renommée, le signe de la reconnaissance que vous lui faites », s’est félicité Alain Poher, directeur des Hospices, lors d’un discours introductif.

Confirmation dès la première pièce. Les enchères partent vite, et le Nuits 1er cru les Murgers trouve preneur pour 35 000€. Un murmure s’élève, les regards se croisent, quelques sifflements s’échappent. Le ton est donnée. L’enchère se poursuit ainsi, les acheteurs atteignant ponctuellement des sommets. Ainsi de la première pièce de la cuvée Georges Faiveley (1er cru Les Saint-Georges), achetée à 52 000€. Ainsi du très demandé Nuits 1er cru les Terres Blanches, l’unique pièce de blanc, adjugée à 58 000€. On est loin des folies de Beaune, mais on s’en rapproche.

Succès moindre pour la pièce de charité

Le coup de marteau final résonne après deux petites heures d’enchères. L’édition 2022 est allée au-delà de ses promesses. Les 109 pièces au catalogue (114 en 2021) ont trouvé preneur pour plus de 2,48 millions d’euros, contre 1,9 millions en 2021. Soit une progression de 30%. La moyenne par pièce (un peu moins de 300 bouteilles) atteint 22 500€ (17 000 € en 2021).

La seule « baisse » observée est celle de la pièce de charité. Vendue à la bouteille, en amont de la vente, elle totalise tout de même  41 460€ de souscriptions à l’issue de la vente (49 380€ en 2021). Une cuvée vendue au profit de l’association APF France Handicap, représentée par sa marraine, la chanteuse et actrice Élodie Fréger.

photo Clément L’hôte

Ce succès global doit probablement à un millésime « qui renoue avec la plus grande tradition bourguignonne », d’après le régisseur du domaine Jean-Marc Moron. Il est vrai que les vins de l’année présentaient un profil friand, élégant et structuré, rassurant quant à la capacité de garde. Les quantités relativement restreintes de 2021 ont pu jouer également, comme à Beaune en novembre. Mais ces résultats sont surtout attribuables à la modernisation, opérée depuis quelques années, de la vente.


Comme leur illustres voisines de Beaune, les Hospices de Nuits-Saint-Georges fonctionnent sur le principe de l’hôpital-vigneron. Les bénéfices de la vente des vins vont aux structures hospitalières de la ville de Nuits-Saint-Georges. Le domaine viticole compte treize hectares, qui s’étendent de Nuits à Gevrey-Chambertin.