Le président de Sudvinbio, l’Association interprofessionnelle des vignerons bio du Languedoc-Roussillon, Patrick Guiraud, a demandé, jeudi à Montpellier, à l’État de mener des campagnes de sensibilisation du consommateur en faveur des vins bios.

« Nous avons augmenté notre production comme on nous l’a demandé. Nous sommes conformes au Grenelle de l’environnement. Maintenant, il faut qu’il y ait des consommateurs car on a beau dire on veut du bio, s’il n’y a pas de consommateurs, on va dans le mur », a souligné M. Guiraud à l’AFP.

Sudvinbio regroupe tous les producteurs de vin bio du Languedoc-Roussillon, la première région française avec 17 000 hectares de vignes en 2013 et 20 000 hectares prévus pour 2014. « Nous n’avions que 4000 hectares en 2005 », a rappelé le président.

Pour M. Guiraud, viticulteurs, transformateurs et négociants n’ont pas les moyens de mener seuls des campagnes de sensibilisation auprès du public. « Nous souhaitons que les collectivités, comme les départements et la Région mais aussi et surtout l’Etat mènent des campagnes auprès du public », a dit le président.

Pour M. Guiraud, les campagnes de sensibilisation à mener pourraient avoir plusieurs thèmes : l’impact sur l’environnement, l’économie d’eau, la sécurité alimentaire ou encore le rôle social car le vin biologique nécessite deux fois plus de main d’œuvre que le vin traditionnel.

« Nous représentons 10% du vignoble du Languedoc-Roussillon et 20% des emplois », a déclaré le président.

M. Guiraud a annoncé qu’il avait demandé à rencontrer le président de la région Languedoc-Roussillon, le socialiste Christian Bourquin pour solliciter son aide et qu’il allait dans les prochains jours solliciter une rencontre avec le ministre de l’Agriculture.