(photo F. Hermine)
(photo F. Hermine)

Les vins de Provence ont annoncé un plan de relance avec réaffectation des budgets événementiels et en partie Export à des actions d’animation en région. Des opérations grand public pour rester dans l’esprit des consommateurs cet été.

“On s’attendait à pire mais finalement nous n’avons enregistré ‘qu’une baisse de 30%’ des sorties de chais en mars-avril qui ne sont pas des mois cruciaux pour les rosés, analyse le directeur des vins de Provence Brice Eymard. Un recul dû à la la fermeture des CHR et à la chute des ventes dans les caveaux mais il n’y a pas lieu de s’affoler, il faut juste rester prudent en attendant les mois de forte consommation l’été”. D’autant que la situation semble déjà s’améliorer avec une reprise des ventes en hypers avec le déconfinement et une explosion des bag-in-box qui étaient en net recul l’an dernier de par la forte hausse des prix.

Pour accompagner la relance, le Conseil Interprofessionnel des Vins de Provence a donc engagé un plan de 1,2 million d’euros. Une réaffectation en fait de près d’un quart du budget communication de l’interprofession vers des actions à court terme, plus nationales et locales, en remplacement des événementiels annulés. Sur le plan régional, une nouvelle campagne “On a tous besoin de Provence” a été déclinée en trois visuels au dessin contemporain qui illustre déjà les affichages depuis quatre ans. Elle correspond à la campagne collective “On a tous besoin du Sud” initiée par la Région et le Comité Régional du Tourisme Provence-Alpes-Côte d’Azur qui vise à remettre du soleil dans l’esprit des locaux comme des touristes (le slogan a aussi été décliné par le Var, la ville de Toulon… dans une logique de territoire). Un plan media en particulier pour les Côtes-de-Provence a été prévu avec des affichages à proximité des lieux de consommation, en priorité sur les sites touristiques et aux abords des centres commerciaux du littoral méditerranéen mais également sur la façade atlantique. Les investissements dans le digital ont été accrus pour parler davantage aux consommateurs au début de l’été. Des vidéos sur des accords mets-vins en collaboration avec des chefs de toute la Provence seront postées régulièrement.

Pister les vins de Provence en région

Une nouvelle application mobile baptisée “Destination Vins de Provence”, opérationnelle début juillet, vise à animer le territoire. Pratique, ludique et pédagogique, elle proposera différents services pour créer du lien entre caveaux, restos et consos. Le jeu Côtés Caves en Provence favorisera la découverte des caves et domaines de la région en lien avec leurs lieux de distribution, dans les restaurants, les bars à vins et chez les cavistes partenaires, géolocalisables. Un jeu de pistes via flashage de QR code permettra de gagner des bons d’achat à valoir dans des restaurants et sur des séjours en Provence pour relancer l’activité. Les établissements devraient en parallèle multiplier des offres spéciales comme des verres offerts ou des invitations au caveau. La médiatisation de l’application, développée avec la Chambre d’Agriculture et la Route des Vins de Provence, sera assurée par les offices de tourisme, les réseaux sociaux et les médias régionaux. “Il s’agit de faire en priorité de l’animation autour de la filière Vins en région en espérant que les restaurateurs joueront le jeu, notamment en restant raisonnables sur les prix car la clientèle internationale ne va sans doute pas être au rendez-vous et que celle attendue n’a pas forcément le même pouvoir d’achat” met en garde le président de l’interprofession Jean-Jacques Bréban.

Réorienter les actions export

Côté export, “pas trop d’inquiétude non plus. Nous avions expédié beaucoup de vins en début d’année aux Etats-Unis et les ventes se sont maintenues en Grande-Bretagne, au Canada et en Europe du Nord. Les expéditions ont surtout baissé dans les autres pays européens, essentiellement à cause de la réorientation de la consommation vers les bas prix sur lesquels, comme en France, nous sommes peu positionnés puisque nous entendons maintenir le cap vers la premiumisation mais en allant moins vite”. Avec un recul de 9% sur les quatre premiers mois, les vins de Provence estiment qu’ils ont “fait mieux que résister”, même s’ils ont incontestablement perdu des parts de marché au profit surtout des IGP Pays d’Oc. Les actions sur l’Asie ont été reportées en 2021, sauf le plan de référencement en Asie-Pacifique avec la mise en place d’un marketplace pour aider les producteurs en quête de diversification de marchés. La mission de prospection d’entreprises Corée-Chine a également été confirmée avec une dégustation des vins sur place servis par des sommeliers mais avec les vignerons en ligne. La campagne “On a tous besoin de Provence” sera par ailleurs présente en Grande-Bretagne et sur le marché nord-américain avec renforcement du plan digital et partenariat avec la plateforme internationale de recommandation de restaurants The Infatuation. “Nous sommes désormais en mode plus agile avec des changements au fur et à mesure de la conjoncture et des réunions à distance plus courtes, conclut Brice Eymard. On y gagne du temps et un état d’esprit plus volontariste”.