Photo copyright iDealwine.
Photo copyright iDealwine.

La disparition la semaine dernière de Charly Foucault, vigneron emblématique du Clos Rougeard, a suscité une vive émotion dans le monde du vin. Et soulevé une question : les vins du domaine, qui jouissaient déjà d’une cote remarquable auprès des amateurs, vont-ils devenir plus difficiles d’accès ?

Angélique de Lencquesaing, Directrice générale et co-fondatrice du site iDealwine spécialisé dans les ventes aux enchères et la cotation des grands vins, signe une chronique intitulée “Cote d’enfer’ dans chaque numéro de “Terre de Vins”. En mai dernier, dans le n°35, elle consacrait sa chronique aux vins du Clos Rougeard, dont l’un des deux vignerons emblématiques, Charly Foucault, est décédé la semaine dernière. Angélique de Lencquesaing a accepté de porter son éclairage sur l’incidence que cette triste disparition pourrait avoir sur la cote des vins du domaine, qui avait déjà flambé ces dernières années.

Quel est donc le secret des vins du Clos Rougeard pour séduire ainsi les amateurs du monde entier ?
Est-ce l’ancienneté du vignoble (la plus vieille parcelle, les Poyeux, est cultivée depuis la fin du 17e siècle) ? La longévité de l’histoire viticole familiale, la huitième génération se trouvant actuellement à la tête du domaine ? Est-ce le terroir et la qualité des raisins, qui n’ont jamais connu aucun pesticide ni désherbant ? Un peu de tout cela, sans doute, et aussi le soin apporté à chaque étape de l’élaboration des vins. Les rendements sont rigoureusement maîtrisés, et chaque lieu-dit est vinifié à la manière d’un climat bourguignon, séparément. A l’issue des (longues) opérations de cuvaison, les vins sont élevés de longs mois dans des caves creusées dans les profondeurs humides et fraîcheur d’un labyrinthe de tuffeau. La cuvée Le Bourg, élevée en barriques de chêne neuf, est le vin le plus dense du domaine. Celui qui fait flamber les cours dans les ventes aux enchères. La longévité des vins, conjuguée à la position très à part qu’occupe le domaine dans le paysage viticole ne fait que renchérir les prix des grandes années, 1990, 2005 et 2009 en tête.

La récente disparition de Charly Foucault ne devrait en rien altérer la demande à venir pour les vins du Clos Rougeard. Si la relève est aujourd’hui assurée, selon Nady Foucault – le frère cadet de Charly – garantissant le maintien de la qualité à son meilleur niveau, la question se pose s’agissant du cours des millésimes plus anciens : nul doute que les amateurs voudront au cours des prochaines semaines ouvrir un flacon du domaine en hommage à cette grande figure du vignoble, contribuant ainsi à la raréfaction croissante des vins disponibles. Pour autant, compte tenu du niveau record de cours atteint par chacune des quatre cuvées du domaine, il semble difficile d’imaginer que les prix puissent encore enregistrer une nouvelle envolée.

La cote iDealwine des vins du Clos Rougeard (cliquer pour en savoir plus)

Saumur-Champigny Le Bourg 1990 360 €
Saumur-Champigny Le Bourg 1995 170 €
Saumur-Champigny Le Bourg 1996 195 €
Saumur-Champigny Le Bourg 2002 188 €
Saumur-Champigny Le Bourg 2005 240 €
Saumur-Champigny Le Bourg 2009 226 €

Saumur-Champigny Les Poyeux 1989 174 €
Saumur-Champigny Les Poyeux 1996 126 €
Saumur-Champigny Les Poyeux 2002 120 €
Saumur-Champigny Les Poyeux 2005 135 €
Saumur-Champigny Les Poyeux 2006 108 €
Saumur-Champigny Les Poyeux 2009 135 €