Pour sa 32ème édition qui se tenait le week-end dernier, la vente aux enchères des grands chardonnays limouxins, vendus au fût, initialement pour la restauration, a dû se réinventer pour la crise sanitaire. Car du pire peut naître le meilleur.

Un contexte incertain, un report de trois mois, pas d’invités étrangers, 150 participants au lieu du millier habituel, une clientèle de restaurateurs en chômage technique… L’édition 2021 de Toques et Clochers s’annonçait « par le siège ». Dans ce contexte impossible, elle fut pourtant un succès.

Depuis 1990, cette vente caritative (elle finance la réfection des clochers des communes de l’AOC Limoux) organisée par la cave coopérative Sieur d’Arques réunit les plus grands chefs de France et de Navarre, les sommeliers les plus exigeants et les vignerons les plus affûtés. Le chef étoilé Gilles Goujon et le sommelier Dominique Laporte étaient les parrains de cette 32ème édition.

Compte-tenu de la timide affluence attendue sur place et malgré la réactivité des enchères en ligne, Sieur d’Arques avait choisi de ne mettre en vente que la moitié du nombre de lots habituel. De fait, la vente aux enchères a réalisé un chiffre d’affaires de 304 450 €, moins qu’une année courante mais avec un prix moyen au fût bien supérieur (6700 € contre 5000 en 2019). Comme toujours, la star fut le cru de la Serpent avec un fût de Thierry et Patrice Cathala (8100 €) et un de Violaine Uteza (7100 €).

Les rares invités ont apprécié le luxe de déguster dans le calme et sans l’affluence habituelle, en suivant des parcours de dégustation en sens unique à la circulation fluide.
“Nous allons faire le tri des choses à garder”, constate Laurence Rouanet, directrice marketing de Sieur d’Arques. La partie digitale des enchères en ligne et en live a très bien fonctionné, de même que l’envoi d’échantillons par vinottes (des mignonettes de 2 cl créées par l’entreprise VINOVAE) aux enchérisseurs lointains voire étrangers. Le monde de demain commence aujourd’hui.