Trois étoiles de l’appellation Condrieu pour parler de six pépites de cette AOC du Rhône Nord, uniquement en blanc et en monocépage viognier : Christine Vernay du Domaine Vernay, Yves Cuilleron du Domaine Cuilleron et Stéphane Ogier du Domaine Ogier.

Christine Vernay a repris avec son mari Paul Ansellem le domaine historique de son grand-père qui avait commencé à replanter du viognier à la fin des années 30. Mais c’est son père Georges, surnommé le Pape du viognier, qui le développe à partir de 1953. Il n’y avait alors qu’un ha sur l’historique coteau de Vernon. « Mes parents ont cru à ce terroir mais si je goûtais souvent les vins avec mon père, je n’allais jamais dans les vignes et je n’étais pas destinée à reprendre la maison. Mais lorsque mes deux frères sont partis pour d’autres passions, les racines m’ont poussè et mon premier travail a été de comprendre le vignoble ». Elle reprend donc en 1996 le domaine qui compte désormais 6 ha en Condrieu, le reste en Côte Rôtie, Saint-Joseph et IGP syrah et viognier. Son combat a été de revenir en une dizaine d’années à une culture bio, une gageure sur ce terroir. Le domaine est aujourd’hui en conversion mais il n’affichera pas le label sur les bouteilles.

Yves Cuilleron est l’un des acteurs de la renaissance du Rhone Nord à partir des années 80. Il s’installe en 1987 avec 3,5 ha qui appartenaient à son grand-père dans les années 20 dont 1 ha de Condrieu, le reste en Saint Joseph. Cet enfant de Chavannay en possède aujourd’hui 90 au total dans tout le Rhône Nord dont près de 8 en Condrieu. Il s’est associé en 1996 avec Pierre Gaillard et François Villard pour recréer les vins de Vienne à Seyssuel.

La famille de Stéphane Ogier travaillait la vigne depuis plusieurs générations mais en polyculture. Son père n’a vinifié son premier millésime qu’en 1983 ; Stéphane avait 6 ans et savait déjà qu’il deviendrait vigneron. Il est revenu travailler au domaine en 1997 après avoir vinifié les premiers viogniers d’Afrique du Sud, et à l’époque où il était encore possible d’acheter de belles parcelles en Côte Rôtie. Il a récupéré ses premières vignes en Condrieu en 2007; il en vinifie aujourd’hui 3 ha.

Les vins de la master class :

Vins de Vienne Condrieu La Chambée 2016
Un assemblage de parcelles éclatées pour un vin frais sur des notes de tilleul, miel d’acacia, abricot, sur une pointe citronnée. Avec une pintade à l’estragon.

Stéphane Ogier Condrieu Combe de Malleval 2016
La parcelle achetée en 2007, très pendue et qui mûrit très vite. Stéphane Ogier apprécie particulièrement l’équilibre de ce millésime. Un vin cristallin sur des arômes de fruits blancs bien mûrs, de tilleul, d’estragon, de zestes d’agrumes sur une note d’eucalyptus et une finale saline. Avec des huîtres gratinées.

Georges Vernay Condrieu Les Terrasses de l’Empire 2016
Un assemblage de parcelles sur du granit (mica noir) où les vieilles vignes de 30-40 ans ne souffrent pas. Très aromatique sur la pêche blanche, une belle acidité citronnée et saline, floral et aérien.

Vins de Vienne Condrieu lieu-dit Jeanreaude 2015
Une cuvee parcellaire, minérale pour un millésime solaire. Des arômes de chèvrefeuille, de fleur d’oranger et miel d’acacia, d’ananas frais, tond et ample sur une pointe saline. Avec un filet mignon de veau à la crème.

Stéphane Ogier Condrieu Vieilles Vignes de Jacques Vernay
Du nom de l’ancien propriétaire des vignes vinifiées par Stéphane Ogier, en bordure de l’appellation Côté Rôtie, à partir d’une parcelle de haut de coteau plantée en 1948. Un vin de belle acidité sur l’abricot et la fleur d’oranger. Avec un poulet aux girolles.

Georges Vernay Condrieu Coteau du Vernon 2016
La plus vieille vigne de l’appellation où Christine est née et a grandi. Un quasi monopole des Vernay (propriétaire à 80% du coteau). Des notes d’eucalyptus, miellées et briochées sur une jolie amplitude, très élégant, à carafer. Avec un filet de bœuf aux airelles.

Photos Donatelle Liens