Le mythique château rose posé sur la commune de Saint-Yzans-de-Médoc a trouvé repreneur avec l’arrivée de Christophe Gouache, déjà propriétaire du Château Bellerive dans le Médoc.

Le 1er décembre dernier, Terre de Vins publiait un article pour informer que le Château Loudenne cherchait un repreneur. Il s’agissait d’une démarche originale des deux actionnaires, le groupe chinois Kweichow et la maison de cognac Camus – qui avait en charge la direction du cru. « Malgré la volonté conjointe et les meilleurs efforts des deux actionnaires, les contraintes liées aux transactions à l’étranger pour les sociétés d’état Chinoises ont rendu impossible la mise en place du plan d’investissement prévu pour le développement du Château Loudenne et donc la poursuite de son activité sous sa forme actuelle, expliquait le directeur de Loudenne, Philippe de Poyferré, avant d’ajouter : « La mise en redressement judiciaire de Loudenne permet de lever toutes les complexités cros-frontalières, et faciliter ainsi une transition rapide, dans l’intérêt de Loudenne, de ses employés, de ses partenaires et de ses consommateurs ». Depuis, le destin de ce cru était suspendu à la venue d’un repreneur. C’est chose faite avec la venue de la famille Gouache. Après une carrière dans l’expertise comptable, Christophe Gouache a investi dans l’agro-alimentaire et dans le vin avec l’acquisition du Château Bellerive, également dans le Médoc. « Le rachat de Loudenne est un projet familial, aussi nous avons l’intention de nous installer dans le Médoc, explique-t-il. J’en suis convaincu, la conversion en bio de Château Loudenne représente un atout considérable afin de contribuer à préserver l’environnement naturel du Château Loudenne et ses alentours, de procurer des conditions de travail saines à nos salariés et de proposer des produits respectueux de l’environnement à nos clients. ». Philippe de Poyferré, en poste depuis 2017, reste aux commandes de cette pépite de 132 hectares dont 62 plantés. Et Cyril Camus ne cache pas ses sentiments partagés : « Ce n’est pas sans un pincement au cœur que nous allons nous séparer de Loudenne, mais notre associé Kweichow Moutai n’ayant pas pu avoir les autorisations nécessaires de l’administration chinoise pour poursuivre notre plan d’investissements comme prévu, cela n’avait plus de sens de continuer. Nous sommes heureux de ce rachat car Monsieur Gouache a la volonté d’investir pour finir de positionner Château Loudenne comme la référence du Médoc. »