(photo Jean Giralt)
(photo Jean Giralt)

Le point sur les vendanges dans le Roussillon et sur le profil du millésime 2019, qui devrait accuser de fortes baisses de rendement.

La sécheresse et la canicule ont touché le Roussillon comme la plupart des vignobles de France. Des pluies mi-juillet et mi-août ont limité les dégâts dans certaines zones, celles de septembre sont intervenues à temps juste entre la vendange des blancs et rosés pour accompagner la fin des maturation des rouges et des vins destinés à la production de Vins Doux Naturels (27% de la production de la région). Cependant, souligne Philippe Bourrier, Président du Conseil Interprofessionnel des Vins du Roussillon (CIVR) : “à cause de la sécheresse, les raisins récoltés étaient plus petits et avec peu de chair. Il a donc fallu faire preuve de minutie et d’attention sur les sélections parcellaires, mais aussi lors des macérations et du pressurage. ».

A cette condition, les producteurs espèrent un très beau millésime en qualité, par la grâce, notamment, d’un état sanitaire impeccable. En quantité, le millésime 2019 s’établirait à 600 000 hl contre 755 000 hl en 2018.