L’homme d’affaire, 6ème fortune française, déjà propriétaire de Latour (Pauillac) rentre au capital des vignobles Baronne Guichard. Il prend une participation dans trois châteaux rive droite : châteaux Vray Croix de Gay (AOC Pomerol), Le Prieuré (AOC Saint-Emilion, Grand cru classé) et Siaurac (AOC Lalande de Pomerol). Un partenariat qui réjouit le co-propriétaire du château Siaurac, Paul Goldschmidt.

« On peut égoïstement rester solitaire et ne pas évoluer ou se donner les moyens d’avancer ». Avancer, c’est la décision qu’a prise Paul Goldschmidt, co-propriétaire du château Siaurac à Lalande de Pomerol, en s’associant à François Pinault. L’homme d’affaire, 6ème fortune mondiale et déjà propriétaire du château Latour (Médoc), entre au capital de trois propriétés rive droite, toutes détenues par la SCEA Baronne Guichard : les châteaux Siaurac (AOC Lalande de Pomerol), Vray Croix de Gay (AOC Pomerol) et Le Prieuré (AOC Saint-Emilion, Grand cru classé).

Cette collaboration, Paul Goldschmidt la voit avant tout comme une opportunité de « sublimer le terroir magique du château Siaurac ». Comment ? « Grâce à une véritable révolution technique » précise-t-il. Ce renouveau se concrétise notamment par l’arrivée à la tête de l’équipe technique de Pénélope Godefroy (responsable vigne à Latour depuis sept ans et responsable technique de château Grillet depuis 2011), en qui Paul Goldschnmidt avoue avoir « une totale confiance ».

« Avec l’augmentation de capital générée par l’arrivée d’Artemis (holding gérant les participations de l’homme d’affaires François Pinault), nous allons pouvoir lancer d’importants investissements » souligne le co-propriétaire du château. Certains sont déjà en marche et d’autres sont programmés. « Nous allons rénover les chais, créer un garage et un bouteiller, mais aussi faire d’importants investissements réceptifs » se réjouit Paul Goldschmidt. Une occasion pour le château, Best of wine tourism en 2012 dans la catégorie « architecture, parcs et jardins » d’aller encore un peu plus loin dans sa démarche oenotouristique.

Laura Bernaulte