©F. Hermine
©F. Hermine

La famille Gualtieri-Martin vient de fêter les 20 ans de Pas du Cerf en cave particulière avec l’arrivée de la troisième fille sur le domaine et une nouvelle cuvée.

Ils ont de quoi être fiers les Gualtieri-Martin en posant avec leurs trois filles devant le gâteau d’anniversaire des 20 ans du Château Pas du Cerf. Après Diane et Aurore, c’est désormais Marion, la petit dernière, qui revient travailler au domaine de La Londe-les-Maures (83). La première travaille dans les chais depuis plus de 20 ans, la seconde à la commercialisation et voici la troisième qui reprendra le suivi des vignes cet été et se chargera de développer l’événementiel (mariages, séminaires). Ce vignoble de Côtes-de-Provence était passé en cave particulière à l’aube du XXIe siècle après quatre générations de coopération. Beatrix était d’ailleurs l’une des cofondatrice de la coopérative en 1921, Marcel l’a présidée 22 ans à partir de 1968 avant que Geneviève ne reprenne le flambeau en 1990 pendant une décennie. C’est dire si dans la famille, on a le sens du collectif. Geneviève a également présidé l’association des vignerons de La Londe-les-Maures en vue de l’obtention en 2006 de la dénomination régionale des Côtes-de-Provence, en rouge et rosé (le blanc arrivera en 2018). Elle est rejointe au domaine en 2003 par son mari Patrick qui délaisse ses serres de roses pour venir s’occuper du vignoble ; c’est cette passion qu’il a transmise à Marion qui avait d’abord suivi des études d’architecte. Elle est finalement tombée amoureuse des vignes.

©F. Hermine

Un passage en bio à petit pas

Geneviève et Patrick laissent ainsi progressivement la place à leurs trois filles qui ont déjà réfléchi au développement de Pas du Cerf  « tout en gardant une âme de producteur, précise Aurore. Pas question d’envisager une extension en négoce. Nous allons plutôt gagner un peu de terrain sur la forêt en défrichant quelques hectares ». Le vignoble était passé de 8 à 28 hectares dans les années 60 avec le rachat du domaine voisin de Camp Long. « Nous sommes partis de 4000 hl et zéro client il y a 20 ans et nous avons aujourd’hui une gamme d’une dizaine de références distribuées par 35 agents dans les restaurants et les cavistes en France et 10% à l’export que nous développons doucement car entre temps nous avons beaucoup investi pour nous faire connaître en local », précise Diane.

Les Gualtieri se sont essayé au bio en 2010, d’abord sur une parcelle isolée de 8 hectares avant de l’étendre à tout le domaine, certifié depuis le millésime 2021. Le vignoble a été restructuré avec davantage de clairette, de grenache et de tibouren, de belles syrahs; les cabernets sauvignons qui peinaient  à arriver à maturité sur les schistes ont été arrachés. Si Diane a un petit faible pour le viognier, Marion s’intéresse à la roussanne. Les deux sœurs commencent à s’intéresser à la biodynamie et vont devoir réfléchir à une adaptation au dérèglement climatique « Nous venons de connaître deux ans de gel, ça n’était jamais arrivé ici en 40 ans, et il faudra gérer le stress hydrique qui ne convient pas à tous les cépages, estime Diane. Nous aimons bien le mourvèdre mais il ne se plait pas dans tous les secteurs du domaine ». Ce cépage, associé au cinsault dans une nouvelle cuvée de rosé sans sulfites baptisée Dames Nature, a été créée pour fêter les 20 ans du domaine.

Développer l’œnotourisme et l’événementiel

Pas du Cerf va par ailleurs développer l’œnotourisme avec des visites en audio guides cet été. Le domaine travaille déjà avec le site covigneron qui propose de parrainer un pied de vigne en échange de bouteilles et de participation à des ateliers vignes pendant l’ébourgeonnage, la taille, les vendanges, des dégustations avec accords mets-vins… « Nous sommes leur seul partenaire en Côtes-de-Provence et la formule nous a permis depuis cinq ans de nous faire connaître au niveau régional et de générer du chiffre d’affaires en basse-saison sans compter la vente de coffrets cadeaux en fin d’année avec des produits artisanaux, notamment le miel produit par les 150 ruches qui passent l’hiver chez nous.  Et à trois sur le domaine, ce sera plus facile de s’organiser sans compter nos parents qui restent présents pour donner un coup de main ».