(photos JM Brouard)
(photos JM Brouard)

Ce grand cru classé de Saint-Émilion a connu plusieurs propriétaires ces dernières années. Racheté en 2018, il entame une nouvelle ère avec notamment un joli second vin avec une nouvelle identité.

Pour construire l’identité d’une propriété, la stabilité n’est pas la moindre des vertus. Or, celle-ci n’a pas vraiment été l’apanage du château Franc Mayne ces dernières années. Rendez-vous compte, pas moins de 8 directeurs techniques se sont succédé ici en un peu plus d’une décennie. Cela n’a évidemment pas contribué à développer la notoriété de ce cru qui dispose toutefois d’un très beau terroir, sur le plateau calcaire de Saint-Émilion où l’on trouve également quelques argiles bleues. 2018 a donc marqué un véritable tournant avec l’arrivée de Thomas Savare, nouveau propriétaire. Déjà investisseur dans le château Paloumey, propriété médocaine de Martine Cazeneuve, c’est donc assez naturellement qu’il a demandé à cette dernière de prendre la direction de ce grand cru classé de la rive droite. Une arrivée pas banale puisque les transferts entre les deux rives restent rares. Mais Martine se réjouit de ce défi et évoque avec émotion le plaisir qu’elle prend à arpenter quotidiennement les 7 hectares du domaine.

Un chêne vert et du bio

Souvent, l’arrivée dans une propriété est l’occasion d’un grand programme d’investissement. Sur ce point, Martine est directe : “nous avons hérité d’un cuvier de qualité, composé notamment de nombreuses petites cuves qui nous permettent de réaliser une vinification intra-parcellaires”. Pour autant, certains travaux ont été nécessaires. Comme l’arrachage d’un hectare de cabernet franc, un matériel végétal qui n’était pas suffisamment qualitatif. Et dans quelque temps, la replantation se fera avec… du cabernet franc ! Car le terroir lui réussit particulièrement bien. Il suffit de regarder la lame de fond que constitue le retour massif de ce cépage sur le plateau saint-émilionnais. Thomas glisse même qu’un autre hectare sera également arraché, mais un peu plus tard, chaque chose en son temps. Pour le moment, une conversion en bio a été initiée dès le second millésime de l’ère Savare, en 2019. Et l’ancien second vin de Franc Mayne (les cèdres) accompagne aussi ce mouvement en prenant un nouveau nom, Ilex, “chêne vert” en latin. Cet arbre, c’est celui qui accueille majestueusement les visiteurs à l’entrée des incroyables carrières qui se trouvent sur la propriété. Et ils sont nombreux à venir notamment assister à un son et lumières qui offre une expérience atypique dans le vignoble. Et si vous tombez sous le charme des lieux, vous pourrez prolonger le plaisir en profitant pourquoi pas de l’une des 5 chambres d’hôtes récemment ouvertes, dont l’une dans un arbre, évidemment.

Ilex de Franc Mayne 2018 : 20€
Château Franc Mayne 2018 : 45€