(photo DR)
(photo DR)

C’est une grande figure de Saint-Émilion qui vient de s’éteindre. Marie-Françoise Nony, qui a dirigé le château Grand-Mayne de 2001 à 2011, est décédée cette semaine à l’âge de 77 ans. Elle sera inhumée aujourd’hui.

Dans le Bordelais, on parle volontiers du rôle des négociants hollandais puis anglais qui ont dynamisé le vignoble girondin aux XVIIe et XVIII siècles. En revanche, on oublie trop souvent d’évoquer le rôle des Corréziens au XIXe siècle. Et pourtant, aujourd’hui encore, ces grandes familles – les Moueix, Janoueix et tant d’autres – possèdent un bel empire viticole sur la rive droite. Issus de la petite paysannerie, ces commerciaux hors-pairs furent les pionniers de la technique du « porte à porte » et bâtirent, en à peine une cinquantaine d’années, des fortunes considérables.

Les Nony, originaires de Meymac, ont fait partie de cette grande vague qui a déferlé sur le Bordelais. En 1934, lorsque Jean Nony décide de racheter le château Grand Mayne, il est déjà un négociant solidement établi dans le fameux quartier du Quai des Chartrons. Mais l’ancienne propriété de la famille Laveau méritait bien cet arrachement : flanquée d’une demeure qui remonte au XVe siècle, ses 17 hectares de vignes constituent un joyau de Saint-Émilion.

À son décès en 1975, son fils Jean-Pierre Nony et son épouse Marie-Françoise lui succèdent. Le couple appartient à cette génération qui a modernisé Saint-Émilion. Ils figurent alors parmi les tout premiers négociants à faire appel aux conseils du fameux œnologue Michel Rolland. Les investissements audacieux ne les effraient pas : au début des années 1990, ils se lancent dans la construction d’un grand chai souterrain. En 2001, Marie-Françoise perd son époux. Femme de caractère, elle reprend seule les rênes, conservant la même exigence qualitative dans l’élevage de ses vins, avant de transmettre les commandes à ses deux fils Jean-Antoine et Damien en 2011. Ce dernier est notaire en Gironde et suit de près les affaires familiales. C’est en revanche Jean-Antoine qui pilote le pôle viticole familial. Il s’est marié en 2013 à Yseult de Gaye, par ailleurs co-propriétaire des châteaux Grand Corbin Manuel (Saint-Émilion Grand cru), Sainte-Barbe (Bordeaux supérieur) et La Création (Pomerol). Ensemble, ils incarnent le renouveau de Grand-Mayne et la nouvelle génération.

À Jean-Antoine, son frère, leurs familles et leurs collaborateurs, Terre de vins adresse ses plus sincères condoléances.

En raison des directives gouvernementales, la cérémonie aura lieu ce jeudi 23 avril 2020 à 14h00 au cimetière de Saint-Émilion (33330) dans l’intimité familiale.