Les vendanges se terminent sur le domaine Brana (Photo Emilie Douineau)
Les vendanges se terminent sur le domaine Brana (Photo Emilie Douineau)

Malgré les aléas climatiques, les vendanges ont eu lieu à maturité dans cette appellation du Pays Basque, laissant espérer un vin de bonne qualité qui privilégiera la fraîcheur.

A Irouleguy, les vendanges s’achèvent sur les 220 hectares de l’appellation basque. Comme partout, la récolte est plus précoce que la moyenne. D’une dizaine de jours environ. “Cette année a été un peu bizarre. On a eu un peu de gel sur une parcelle à Lecumberry. Plus tard, on a aussi eu un peu de grêle. La fleur a été précoce, mais ça s’est bien passé. Ensuite, on a eu un été avec des pics de température et du temps maussade pour finir avec de la pluie début septembre. Mais la vigne a bien tenu. », analyse Jean Brana, à la tête du plus important domaine de l’appellation, une vingtaine d’hectares, qui a été à l’origine, voilà plus de trois décennies, de sa renaissance en lançant la première production en bouteille.

Son voisin, Michel Riouspeyrous, du domaine Arretxea est aussi un acteur important de l’appellation pour son engagement dans la conduite des vignes en bio puis en biodynamie, qui a inspiré l’ensemble des producteurs d’Irouleguy. Si le temps, instable et arrosé, qui a précédé les vendanges a pu l’émouvoir, l’expérience lui a rapidement permis de reprendre espoir. “On a eu l’été au printemps, le printemps en été et une première quinzaine de septembre très humide. Dans tout ça, l’arbitre est la situation sanitaire. Tant que c’était sain, on a attendu. »

Côté qualité, il ne se montre pas inquiet. “Comme chaque année, il nous appartient de faire le vin qui correspond au millésime. Cette année, avec les conditions que l’on a connu, on devrait plutôt être sur le registre de la fraîcheur. En quantité, nous sommes sur de bons volumes”.

Pour la vinification, Michel Riouspeyrous s’est lancé depuis plusieurs années dans l’expérimentation des dolias. Des jarres en terre cuite ventrues et sans poignée, qu’il a fait confectionner par Terexa et Michel Goicoetchea, potiers à Osses. Il mène cette expérimentation en parallèle avec son ami Luc de Conti, propriétaire du Château Tour des gendres, à Bergerac.

Avec l’indéniable ascension qualitative liée à l’important travail accompli dans les vignes et les chais depuis les années 70, la cinquantaine de viticulteurs, indépendants ou coopérateurs, d’Irouleguy ont l’indéniable avantage sur le plan économique, de vendre chaque année l’ensemble de leur production en rouge, rosé et blanc.

Ci-dessous : Michel Riouspeyrous développe la vinification dans des dolias de terre cuite (PHOTO Emilie DROUINEAU)

LE BONUS : Du Gin au Piment d’Espelette
Le Domaine Brana n’est pas seulement du vin. L’activité de distillerie, aux mains de Martine Brana occupe une part importante de son activité. Avec une gamme qui ne cesse de s’enrichir. Récemment c’est un gin au piment AOP d’Espelette qui vient d’être mis sur le marché. Prochainement c’est une eau de vie au cédrat de Corse, obtenue après la macération de cet agrume coupé en morceau, que la distillerie artisanale commercialisera à partir du 1er novembre en vue des fêtes de Noël.