La quatrième cérémonie des Trophées Bordeaux Vignoble Engagé, qui se déroulait hier soir à la Cité du Vin, a permis de donner un nouveau coup de projecteur sur les acteurs de la filière qui s’engagent pour l’environnement et le développement durable. Dix-sept prix ont été remis.

C’est un événement qui s’installe résolument dans le paysage du vin bordelais. Lancés en 2018 par Sud-Ouest, le CIVB (Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux) et Terre de Vins en partenariat avec la Chambre d’Agriculture de la Gironde, Kedge Wine School, la Région Nouvelle Aquitaine et le Crédit Agricole d’Aquitaine, les Trophées Bordeaux Vignoble Engagée viennent de conclure leur quatrième édition par une cérémonie qui se tenait, hier soir, à la Cité du Vin de Bordeaux. C’est dans un auditorium Thomas Jefferson totalement comble qu’a été dévoilé le palmarès : 17 prix (trois pas thématique principale, deux prix spéciaux) pour 100 finalistes retenus parmi quelque 294 candidatures, le fruit de cinq mois de travail pour les membres du jury qui, comme le soulignait Rodolphe Wartel (directeur général de Terre de Vins) en préambule, ont « salué de plus en plus de propriétés familiales. Nous sommes avant tout très heureux de nous réunir tous ici, dans des conditions enfin normales et optimales. C’est un peu comme si nous retrouvions le monde d’avant, sauf que nous sommes déjà dans le monde d’après, face aux enjeux environnementaux et climatiques qui se présentent », annonçait-il.

Juste avant la cérémonie se tenait une table ronde sur le thème « Transformation environnementale : l’enjeu de la formation » qui soulevait les questions des pratiques, de la prise de conscience et de la transmission aux nouvelles générations de ces enjeux de transition environnementale. Laurence Geny-Denis (directrice adjointe de l’ISVV), Laurent Cassy (président du Syndicat des Vignerons bio de Nouvelle-Aquitaine et vainqueur du prix du « vigneron engagé de l’année » en 2021), Jérémy Cukierman (directeur Kedge Wine School) et Pierre-Olivier Clouet (directeur technique du château Cheval Blanc) ont pu échanger pendant près d’une heure sur les solutions d’avenir de la filière pour une viticulture confrontée à des mutations inédites, paradoxalement confrontée à l’urgence climatique tout en étant inscrite dans du temps long.

Récompenser aussi bien les propriétés familiales que les grosses structures

Après cette passionnante conférence s’est déroulée la remise des prix, introduite par Rodolphe Wartel puis par Bernard Farges, président du CIVB, qui a salué « une transformation puissante et profonde de la filière face aux questions de développement durable, et quand un écosystème comme celui de Bordeaux se met en route, cela va très vite. La viticulture, l’agriculture doivent être une solution d’atténuation du changement climatique ». Tandis que les lauréats défilaient sur scène pour recevoir, des mains des partenaires de l’événement, leurs récompenses dans les catégories Empreinte, Innovation & Avenir, Vivre Ensemble, Faune & Flore et Nature & Respect, se succédaient à l’écran les témoignages des grands gagnants (Grands Prix d’Or), allant aussi bien du Cru Bourgeois à la coopérative, en passant par la structure familiale dans le Blayais – voir ici le palmarès complet.

La cérémonie se concluait enfin par la remise du Coup de cœur du Jury démarche collective à l’initiative « Bordeaux Cultivons Demain » (des mains de Brigitte Bloch, représentant la mairie de Bordeaux) et par le Prix Spécial Vignoble Engagé, décerné au château Dauzac, grand cru classé de Margaux.

Photos Adrien Viller