Créée par les interprofessions du vignoble, la plateforme Vita Bourgogne vise depuis septembre 2020 à attirer tous les publics vers les métiers de la vigne et de la cave. Y compris les amateurs de vin.

Êtes-vous, sans le savoir, fait pour travailler dans un domaine ou une maison de vins ? C’est ce que pensent les responsables du programme Vita Bourgogne. Ce site internet, créé en septembre 2020 par les interprofessions de la région, propose fiches métiers, témoignages, offres de formation et surtout offres d’emploi. Moins de deux ans plus tard, le bilan est encourageant. «Nous avons dépassé les 1500 offres publiées, des CDI en majorité », se félicite Laure-Anne Godek, coordinatrice du programme Vita Bourgogne

Des métiers méconnus

Il faut dire que la main-d’œuvre manque. « On estime que, chaque année, environ 700 emplois durables ne sont pas pourvus dans la production de vins de Bourgogne ». En cause, « une méconnaissance des métiers de la vigne et du vin », regrette Laure-Anne Godek. Un paradoxe, dans un vignoble pourtant renommé. « Nous avons fait un micro-trottoir en plein centre de Dijon pour tester les connaissances des passants. La plupart pouvaient citer de nombreuses appellations célèbres, mais ne connaissaient pas la plupart des métiers de la production, comme les postes de cave, les tractoristes, la mise en bouteille ou encore les postes administratifs ».

D’où la création du programme, qui compte bien pallier ce déficit de notoriété. « Avec notre site et nos actions auprès de différents publics, nous essayons de valoriser ces métiers, qui font aussi l’objet de beaucoup de préjugés. Nous expliquons que la profession s’est largement féminisée, et que les pratiques ont évolué. Les technologies également. Prenez l’exemple des exosquelettes pour soulager le dos : c’est une avancée majeure qui commence se déployer dans le vignoble, mais presque presque personne n’en a entendu parler ».

Vita Bourgogne vise tous les profils, et notamment les amateurs de vin. « On veut intéresser ceux qui aiment le produit et qui se posent des questions professionnelles. Pour eux, un métier dans la production de vin peut faire sens», estime Laure-Anne Godek, « des personnes possèdent des compétences transversales et ne se rendent pas compte que ces professions sont peut-être faites pour eux. Je pense à des personnes qui apprécient le travail à l’extérieur et ont une bonne condition physique, tout en ayant le goût de l’analyse ».

La Bourgogne viticole espère beaucoup de ce programme. Car, il faut se le dire, « pas de salariés, pas de vin ».


Le recrutement pour les vendanges, c’est maintenant

Plusieurs dizaines de milliers de vendangeurs sont attendus chaque année en Bourgogne, et « le recrutement a commencé», annonce Laure-Anne Godek, qui invite tenter l’expérience. « C’est une période courte et intense, c’est mais aussi une ambiance sympa, c’est idéal pour s’essayer aux métiers du vin ». Pour trouver un domaine, « vous pouvez très rapidement postuler sur vitabourgogne.com. Il n’y a même pas besoin de CV. L’idée est qu’une personne puisse postuler sur son smartphone, même dans les transports en commun.» Sur le site, « il y a déjà une centaine d’offres », parfois dans des domaines très prestigieux.