Premier groupement historique de femmes du vin en France, les Aliénor du vin de Bordeaux viennent de fêter leurs 25 ans dans le cadre du salon Wine Paris / Vinexpo. L’occasion de faire le point sur le dynamisme de ces vigneronnes qui portent haut les couleurs du vignoble girondin.

25 ans, le plus bel âge ? Les Aliénor du vin de Bordeaux viennent de fêter en fanfare cet anniversaire symbolique dans le cadre du salon Wine Paris / Vinexpo, qui se tenait ces trois derniers jours Porte de Versailles. Pour être tout à fait exact, c’est en 1994 qu’a été créé ce groupe, rassemblant quelques pionnières du vin au féminin à une époque où “défendre la place des femmes dans le vin était assez visionnaire”, comme le rappelle l’une des membres fondatrices, Karin Bernaleau du château Mongravey à Margaux. Depuis, elles sont nombreuses à avoir décliné ce bel élan sous d’autres latitudes, des Vinifilles languedociennes aux Fa’bulleuses de Champagne, en passant par les Z’elles Gaillacoises. D’ailleurs, ces différentes associations de femmes vigneronnes ont fondé un vrai réseau, avec une assemblée générale annuelle se déroulant chaque fois dans une région différente et la mise en place régulière de quelques opérations en commun.

Cinq nouvelles arrivées ces deux dernières années

L’union fait la force, ce n’est plus un secret, mais les Aliénor en ont fait leur credo depuis maintenant 25 ans. Leur idée : faire front commun pour défendre la diversité des vins de Bordeaux – rive gauche, rive droite, rouge, blanc, liquoreux, mais toujours des vins faits par des femmes, ou faits avec leur conjoint sur un pied d’égalité ; et surtout, qu’on se le dise, de bons vins (ce qui reste le premier critère de sélection pour intégrer l’association).

Depuis leur création, les Aliénor ont toujours été une douzaine de membres, avec des départs et des arrivées au fil des années, si bien que l’on trouve aujourd’hui au sein de l’association un “canal historique” de sept vigneronnes, et cinq vigneronnes qui ont rejoint le mouvement il y a moins de deux ans*. Ce renouvellement des personnalités et des générations participe du dynamisme de ce groupe qui fait front commun sur les salons professionnels comme Vinexpo / Wine Paris, ce qui constitue un atout indéniable en termes de visibilité et de force commerciale, à un moment où les vins de Bordeaux sont assez chahutés. Chaque vigneronne, chaque propriété a son style, son positionnement, son histoire, son profil de commercialisation : certaines misent plutôt sur l’export en s’appuyant sur la Place de Bordeaux, d’autres travaillent plutôt avec le marché traditionnel (caviste-hôtellerie-restauration) très présent à Vinexpo / Wine Paris. Tout cela impulse complémentarité et synergie. Jouer collectif reste encore la meilleure idée que l’on puisse avoir pour durer, et avec 25 ans au compteur, les Aliénor le démontrent avec clarté.

Les Aliénor du vin de Bordeaux sont :
– Pascale Peyronie – Château Fonbadet – Pauillac – Cru Bourgeois
– Karin Bernaleau – Château Mongravey – Margaux – Cru Bourgeois
– Christine Nadalié – Château Beau Rivage – Bordeaux Supérieur
– Muriel Belloc – Château d’Alix – Pessac-Léognan
– Sophie Bielle – Marius Bielle – Lalande de Pomerol (présidente)*
– Marine Labrousse – Château Gombaude-Guillot – Pomerol*
– Véronique Barthe – Château La Freynelle – Bordeaux blanc
– Monique Bonnet – Château Suau – Cadillac Côtes de Bordeaux
– Alexia Eymas – Château Maison Neuve – Blaye Côtes de Bordeaux*
– Séverine Erésué – Château La Fleur Plaisance – Montagne Saint-Emilion*
– Alexia Bouyer – Clos de la Cure – Saint-Emilion Grand Cru
– Malika Faytout-Boueix – Château Lescaneaut – Castillon Côtes de Bordeaux*