De plus en plus de vignerons recourent à l’amphore pour la vinification ou l’élevage. Leurs raisons sont aussi diverses que le type et l’origine de ces grands contenants en terre cuite. Qu’on devrait appeler dolium ou jarre, vu leur capacité. Le terme amphore parle certes plus à notre imaginaire collectif… Une sélection à retrouver dans Terre de vins n°65, actuellement en kiosques.

Domaine Béatrice et Pascal Lambert
Harmonie 2017
AOP Chinon

Grenat pourpre, il nous propose un nez de griotte et de prunelle nuancées d’un élégant effluve de violette. Les tanins tout fins étonnent, on ne s’attendait peut-être pas à cette délicatesse après 12 mois passé en amphore. Le sol d’argiles à silex apporte certes suffisamment de richesse à la vigne. Elle génère ce fruité qui colore le toucher soyeux de ce vin séducteur. Pascal a toujours aimé mettre ses cabernet franc en valeur. L’amphore, il ne la fait que les années exceptionnelles. Ses 17 hectares en bio proposent bien d’autres cuvées de Chinon dans les trois couleurs.
Pour un agneau aux herbes, mais le steak de saumon offre plus d’audace.
27 €
37500 Cravant-les-Coteaux
02 47 93 13 79 – Site internet

Domaine des Pothiers
Diogène 2018
AOP Côte Roannaise

Grenat aux reflets bistre, il surprend le nez avec ses notes graciles de fraise noire, de burlat et de cassis. La bouche parle des mêmes fruits, épice leur jus frais de poivre et de cumin. La texture ample et veloutée procure un plaisir immédiat, où règne le charnu des baies qui virevoltent jusqu’à l’extase des papilles. Le gamay semble dynamisé par les six mois d’élevage. Romain Paire n’est pas peu fier de son expérimentation. Il en fait bien d’autres depuis qu’il a rejoint ses parents en 2005, sur les 18 hectares du domaine en bio.
Avec une salade de lentilles au jambon cru, chou vert au homard.
30 €
42155 Villemontais
04 77 63 15 84 – Site internet