Bernard Magrez, l’homme aux quarante châteaux, a désormais un pied à Châteauneuf-du-Pape (84). il vient de racheter 3 ha de vignes à Bédarrides et une cave de près de 1000 m2 qui appartenait à la maison Ogier (groupe AdVini).

Bernard Magrez souhaiterait à terme vinifier les vins castelneuvois dans sa propre cave. Il élabore déjà en négoce « Mon Côtes-du-Rhône » et souhaiterait étendre ses activités sur les crus de la vallée du Rhône méridionale. La cave qui nécessitera de gros travaux d’aménagement est assortie de trois chambres à l’étage dans une maison au cœur de Châteauneuf, qui devraient accueillir clients et grand public afin de développer l’œnotourisme à moyen terme.

Ogier se félicite de la transaction dont le montant n’a pas été communiqué : « nous n’utilisions plus ces locaux depuis longtemps et quand Bernard Magrez est venu nous faire une offre, cela nous a permis de nous recentrer sur deux sites, les bureaux et les caves avec sa tour papale au centre du village et le nouveau site du Prieuré de l’Oratoire, sur la route de Courtézon où ont été réaménagés caves et chais et qui seront bientôt complétés de trois suites avec table d’hôtes et salon de dégustations ».

Bernard Magrez souhaitait s’installer à Châteauneuf depuis une dizaine d’années afin de faire le lien avec Bertrand de Got, élu en 1305 pape en Avignon sous le nom de Clément V. Le premier des papes avignonnais était un pape vigneron, créateur de l’ordonnancement des vignes. Il avait sa résidence d’été à Châteauneuf mais vivait au Château Pape Clément, grand cru classé de Pessac-Leognan, propriété de Bernard Magrez depuis 1999 et porte étendard du groupe. « Nous cherchions à nous installer à Châteauneuf pour son terroir exceptionnel bien sûr mais aussi pour ce lien fort avec Pape Clément » confirme Bernard Magrez qui vient de sortir le premier millésime, 2016, de son Chateauneuf-du-Pape baptisé tout naturellement La Destinée de Clement V. De quoi prolonger l’histoire du pape du vin.

Châteauneuf-du-Pape La Destinée de Clément V 2016 :
un assemblage de grenache, mourvèdre et syrah aux arômes de fruits noirs, maquis et garrigue sur des notes d’épices et d’olives confites et des tanins enrobés. (25 000 bouteilles – 35 €)