Pierre Cheval est décédé brutalement hier soir. C’est lui qui a mené avec succès le dossier du classement des paysages de Champagne au patrimoine mondial de l’Unesco. La Champagne est sous le choc.

La Saint-Vincent qui se déroulera ce samedi à la cathédrale de Reims sous le thème de l’Unesco aura un goût bien amer. Car dans cette grande célébration manquera Pierre Cheval, décédé brutalement hier soir à l’âge de 66 ans.

Ce natif des Ardennes a porté pendant 10 ans le dossier de l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco des paysages, coteaux et maisons de Champagne jusqu’à la consécration en juillet dernier.

Juriste de formation, Pierre Cheval avait d’abord travaillé au Ministère de l’Intérieur et à la ville de Paris auprès d’Alain Juppé et de Jacques Chirac sur des questions de budget. Dans les années 80, changement total de direction pour reprendre avec son épouse une exploitation viticole familiale à Aÿ.

Néo-vigneron, Pierre Cheval s’était beaucoup investi dans les instances viticoles et territoriales locales (vice-président au Syndicat Général des Vignerons et à la Caisse Régionale du Crédit Agricole ; président du Centre d’Economie Rurale ; premier adjoint au maire d’Aÿ ; etc). Mais sa plus grande œuvre, celle où il a réussi à fédérer toute la Champagne, reste sans conteste celle du dossier Unesco.

Son discours à la tribune de l’Unesco, vibrant d’intelligence et de modestie, est à l’image du personnage. A sa famille, à ses proches, à ses collaborateurs, « Terre de Vins » transmet ses plus profondes condoléances. L’énergie, l’espoir et la fierté qu’il a transmis à toute une région perdurent.