Quand les hommes partirent au front, lors de la Première Guerre mondiale, les femmes prirent les rênes de nombreuses propriétés bordelaises et françaises. Sans elles, le vignoble français aurait périclité. L’histoire ne leur a pas souvent rendu l’hommage qu’elles méritent.

En février 2018, le château Cos d’Estournel, second Grand Cru Classé en 1855 sur la commune de Saint-Estèphe, mettra à l’honneur, de façon posthume et avec la meilleure représentation qui soit pour un domaine viticole, ces femmes qui plantèrent plusieurs parcelles dont l’une est encore en production au cœur du domaine stéphanois. Entièrement constitué de cépage Merlot, cette parcelle fut vendangée et vinifiée séparément en 2015. Les quantités sont infimes, uniquement deux barriques. Alors de cette « parcelles des femmes », comme on la nomme encore au domaine, le château produira 100 double-magnums (3 litres) et 10 Balthazars (12 litres) pour dévoiler COS100.

Les bouteilles, dépourvues d’étiquette mais gravées, sont numérotées et conditionnées dans des caisses de bois et de cuir, pour en faire un objet unique.

« En imaginant COS100, j’ai voulu rendre hommage au terroir et aux femmes de Cos d’Estournel qui, il y a plus de cent ans, ont planté ces vignes et ainsi assuré la pérennité de la propriété. Symbole de transmission, COS100 est un vin unique qui traverse les générations, véritable trait d’union entre un passé qu’il incarne et un avenir qu’il préfigure. C’est une grande fierté de proposer un vin incomparable, témoin de notre quête permanente d’excellence, qui prend part à sa manière à la légende de Cos d’Estournel », explique Michel Reybier, l’actuel propriétaire de Cos d’Estournel.

Et pour accentuer ce symbole de transmission à travers les générations, c’est aussi en hommage au créateur de Cos d’Estournel, Louis Gaspard d’Estournel, surnommé le Maharadjah de Saint-Estèphe pour son ouverture au monde, son amour de l’Orient et notamment de l’Inde et des éléphants, iconique emblème représenté de multiples fois au sein du bâtiment, que Michel Reybier mettra aux enchères 2 balthazars de C0S100 à New York (28 février 2018) et Hong Kong (10 mars 2018) ainsi que 4 sculptures originales d’éléphants (2 par pays), dont la vente reviendra au profit de Elephant Family, association œuvrant pour la préservation de l’éléphant et de son habitat en Asie.

« Nous sommes honorés de voir Cos d’Estournel s’engager à nos côtés dans la protection des éléphants d’Asie et ravis d’être ainsi associés aux événements autour de COS100 », déclare Ruth Powys, Pdg de Elephant Family. « C’est la marque de l’admiration que porte depuis toujours Cos d’Estournel à la culture indienne en général et à l’éléphant en particulier qu’il a choisi pour emblème. »