Afin d’établir un « Wikipédia » du Muscat à base de cépage petits grains, la Ville de Frontignan lance le premier inventaire participatif en ligne des vins AOP, IGP, liquoreux et spiritueux issus du terroir de l’appellation Muscat de Frontignan.

80 dégustateurs sélectionnés sur sept mois de mai à décembre au moyen d’un recrutement citoyen, 100 kits de dégustation distribués, sept Master Classes assurées tous les derniers jeudis du mois, 800 échantillons de vins distribués. Après un lancement officiel le 2 mai, le projet WikiMuscat porté par la Ville de Frontignan la Peyrade dans l’Hérault, aboutit avec une première Master Class de formation à la dégustation, organisée ce jeudi 31 mai. Elle réunira 10 dégustateurs sélectionnés parmi les 270 internautes déjà inscrits via le site portail de la Ville, pour participer à ce grand inventaire participatif du Muscat de Frontignan.

« Nous souhaitons avec cette opération renforcer la connaissance du Muscat de Frontignan, première appellation de muscat de France obtenue en 1936 et qui regroupe aujourd’hui une cave coopérative et 8 vignerons indépendants pour une production totale de 25 000 hl, dont 17 700 en AOP. Car cette production riche et variée, élément identitaire fort de notre Ville depuis des siècles, reste encore peu connue des consommateurs », explique Michel Sala, conseiller municipal délégué au Muscat pour la ville de Frontignan.

Qui sait en effet faire le distinguo entre les cinq appellations de muscat régionales, des vins doux naturels répartis entre muscat de Rivesaltes en Roussillon, muscats de Mireval, Lunel, Frontignan ou Saint-Jean-de-Minervois dans l’Hérault ? Et sait-on seulement que les 950 ha formant l’aire d’appellation Muscat de Frontignan regroupent bien d’autres productions que les VDN (600 ha), entre les muscats secs IGP Pays d’Oc, les mœlleux, les effervescents, les eaux de vie Muscat ou les vendanges tardives ?

800 vins dégustés

« On a repéré 70 boissons différentes qui vont être analysées au cour des prochains mois. Seul dénominateur commun à tous ces vins, ils sont élaborés à base de cépage petits grains uniquement et produits sur l’aire d’appellation Muscat de Frontignan », reprend Michel Sala. Le principe ? Tous les derniers jeudis du mois, 10 dégustateurs participent aux Masters Classes d’Atout Terroir, structure d’accompagnement au monde viticole partenaire de l’opération. Dûment formés aux grands principes de la dégustation, ils rentrent chez eux munis de trois bouteilles (un vin doux naturel, un muscat sec et un vin d’un autre type), de huit verres, d’un guide et de huit fiches de dégustation. Désormais ambassadeurs du projet WikiMuscat, à charge à eux d’inviter chez eux sept convives, de les former, de veiller à ce qu’ils renseignent chacun leur fiche et de transmettre ces fiches à l’organisateur.

Les résultats seront synthétisés et supervisés par l’équipe d’œnologues d’Atout Terroir. Et pour ceux qui seraient encore réticents à rallier le projet WikiMuscat, les Master Classes sont là pour venir à bout des bloquages. « Nous avons conçu les sessions de formation de manière très ludique, afin de désacraliser l’art de la dégustation, précise Laetitia Buron, cofondatrice et formatrice en dégustation labellisée Sud de France. Notre parti-pris c’est de dire, chaque personne porte en mémoire une bibliothèque aromatique. L’art de la dégustation consiste à apprendre aux néophytes comment connecter cette bibliothèque, en mettant des mots sur les sensations ressenties devant un verre de vin. »

La première page WikiMuscat devrait être mise en ligne mi-juin, chaque nouvelle donnée collectée s’agrégeant au fil des mois pour parvenir in fine, en décembre, à un inventaire de 800 vins analysés.