(photo P.C.)
(photo P.C.)

Si le millésime 2017 fut marqué par le gel, 2018 risque d’être durement touché par la grêle. Les épisodes orageux de ce week-end ont laissé de terribles traces, dans le Bordelais mais aussi dans d’autres vignobles.

Le Bordelais vient de connaitre d’importants orages de grêle. Samedi 26 mai, les cieux se sont déchainés sur le vignoble, faisant d’énormes dégâts touchant près de 6 000 à 7 000 hectares sur les 111 000 que compte le département. Certes, les dégâts varient d’une commune à l’autre, mais de très nombreux vignobles des appellations Bourg et Blaye, mais aussi en Haut-Médoc et à Pessac-Léognan, sont très durement touchés avec des premières estimations allant de 50% à 100%.

« L’orage est arrivé de Bordeaux, est passé à Parempuyre, Ludon-Médoc et Macau avant de bifurquer vers le milieu de l’estuaire de la Gironde et de partir vers Bourg et Blaye » explique Antoine Médeville, œnologue de Pauillac.

A Bourg et Blaye, les dégâts sont nombreux comme le décrit Pierre-Henri Cosyns (Château Grand Launay) : « c’est du jamais vu, notamment la taille des grêlons et l’intensité avec laquelle ils sont tombés » explique-t-il. « Le lendemain, la glace n’avait pas fondu. Nous avions près de 30 centimètres d’épaisseur et il en restait près de 10 centimètres le matin » conclut-il (voir sa vidéo sur Facebook).

Ce phénomène n’est pas centré sur Bordeaux. Si la région des Charentes a été également touchée ces derniers jours c’est à nouveau la région de Champagne qui a vécu des orages de grêle. Déjà, le 12 mai, le vignoble des Riceys avait été impacté sur quelque 500 hectares et le mardi 22 mai, c’est le village de Damery, dans la région d’Épernay dans la Marne, qui a été touché sur près de 200 hectares sur les 400 que compte le vignoble de la commune. Les parcelles atteintes ont perdu près de 50% de la récolte.

Dans le Luberon également, le 19 mai, un orage s’est abattu sur le vignoble et les vergers de la vallée du Cavalon. Pendant près de 10 minutes, sur un couloir de 4 kilomètres de large, près de 300 hectares de vignes, soit 10% de l’aire d’appellation, ont été anéantis par une grêle puissante et dévastatrice.

Dans le vignoble bourguignon mais aussi dans l’Yonne du côté de Chablis, les canons anti-grêle sont d’ores et déjà en état d’alerte face à une vigilance jaune prévue par Météo France, encore hier soir.