Décidément, la météo n’est pas tendre avec le vignoble bordelais. Samedi après-midi un violent orage de grêle s’est abattu sur la ville de Bordeaux, provoquant quelques inondations, mais surtout drapant la chaussée d’une couche épaisse de grêle. Les grêlons, pas très gros, mais très nombreux, pouvaient atteindre jusqu’à 2 à 3 centimètres.

C’est ce même orage qui est remonté du sud vers le nord et a touché les vignes de Bourg et de Blaye, faisant d’importants dégâts notamment sur les communes de Berson, Mombrier et Bourg.

La vigne aurait pu fleurir la semaine prochaine, mais c’est désormais un paysage ravagé qui s’offre aux vignerons déjà bien affaiblis par le gel printanier de l’année dernière.

Selon les premières constations, certains propriétaires sont très touchés comme Pierre-Henri Cosyns à Château Grand Launay en Côtes de Bourg qui aurait perdu la quasi-totalité de la récolte 2018 selon son compte Facebook.

Chez nos confrères du journal Sud-Ouest, Franck Jullion, le Président de l’appellation Blaye-Côtes-de-Bordeaux, confirme que « c’est tout le sud de l’appellation qui est touché. C’est un visage de désolation, les vignes sont retombées en hiver ». Un spectacle confirmé par Didier Gontier, le directeur du Syndicat Viticole des Côtes de Bourg.

Pour l’instant, l’orage aurait en partie épargné le Médoc, mais néanoins touché le sud de l’appellation Haut-Médoc où Jean-Luc Zell de Château d’Agassac, nous a informés de dégâts sur ses vignes sans connaitre encore l’ampleur totale du phénomène.

Déjà, lundi dernier, un précédent orage s’était abattu dans le Médoc, à Moulis, mais aussi à Bégadan et à Couquèques, avec près de 20% à 30% de parcelles touchées.

Une partie de la Charente-Maritime a également été touchée du côté de Saint-Jean-d’Angély et d’Asnières-la-Giraud où les vignes ont particulièrement souffert.

Les vignerons bordelais et français risquent de vivre des heures terriblement angoissantes, car des orages sont annoncés toute la semaine prochaine.