Renaud de Gironde (Photo Archives Sud-Ouest)
Renaud de Gironde (Photo Archives Sud-Ouest)

Comme dans « le Guépard », Hennessy choisit de « tout changer pour ne rien changer » en annonçant le successeur de Yann Fillioux au poste de maître de chai.

Ce vendredi 26 février au Château de Bagnolet, la maison Hennessy dévoile un nouvel assemblage de cognac et profite de cette occasion pour amorcer la succession de son inamovible maître de chai, Yann Fillioux. Reconnaissable à sa large stature que rien ne semble atteindre, avec des faux airs de Philippe Noiret dans le rôle d’un sénateur du Second Empire, il représente la 7ème génération des Fillioux en tant que gardien du temple des cognacs Hennessy, poste le plus emblématique de la maison. Qui pour lui succéder ? Depuis longtemps déjà, Yann Fillioux déclare qu’il passera la main à son neveu, Renaud de Gironde, mais l’arrivée en 2011 d’Olivier Paultes (alors maître de chai chez Frapin) chez Hennessy en tant que Directeur des distilleries laissait planer des doutes sur le nom du futur maître de chai de la maison qui pèse près d’une bouteille sur deux de cognac dans le monde. Les terrasses de la place François 1ER en tremblaient de bavardages… L’ordre établi était-il contesté, contestable ? Ce mercato était-ce les prodromes d’une révolution, à minima d’une dévolution ? Hennessy allait-elle, après deux siècles, rompre avec sa lignée de maître de chai ?

Nada, Yann Fillioux a tenu bon. LVMH a fait le choix de la continuité, le choix du sang. « En temps voulu, Renaud de Gironde va succéder à son oncle, qui se retirera après 50 ans », déclare la communication. « C’est avec beaucoup d’émotion, ajoute le Président Bernard Peillon, que nous sommes témoins du passage de flambeau à son neveu, Renaud de Gironde, qui apportera sa propre vision à la Maison Hennessy et assurera la transmission de son savoir-faire dans le futur. » Qui est Renaud de Gironde ? Un physique solide, comme son oncle. Fou de chasse, passion qu’il partage aussi avec son parent. Millésime 1978, natif de Cognac, il se dirigera vers des études d’économie à Bordeaux et Reims. Son grand frère, Aymeric, s’est déjà fait rattraper par le virus des vins et spiritueux, chez Hennessy bien sûr – aujourd’hui directeur général du Château Cos d’Estournel, Saint-Estèphe Grand Cru Classé 1855, après être passé chez Krug et AXA Millésimes.

C’est en 2002 que Renaud franchit le Rubicon pour retrouver son oncle au sein du département eaux-de-vie de la maison Hennessy. Progressivement membre du comité de dégustation et chargé des relations avec les viticulteurs qui approvisionnent la marque au grand H, Renaud de Gironde apprivoise l’ensemble du fonctionnement de la maison. « La notion de travail d’équipe prend ici tout son sens », dit-il. Et l’adage est connu : on ne change pas une équipe qui gagne. Dès lors, il a un parrain qui pèse et le prépare à sa succession. Quatorze ans après ses premiers pas dans l’entreprise, son heure arrive.

A l’occasion de cette annonce, qui officialise le successeur Renaud de Gironde sans encore l’introniser, Yann Fillioux présente un nouvel assemblage de cognac : « Hennessy.8 ». Ce sera une série limitée de 250 flacons – jamais reproduit – disponibles à compter du mois de mars. Le designer Arik Levy, qui connaît bien les murs de la maison Hennessy, a spécialement conçu une carafe et un coffre pour enfermer le précieux liquide. Le pouvoir se passe, les grandes eaux-de-vie demeurent.