(photo Ilka Kramer)
(photo Ilka Kramer)

Ce vignoble d’un millier d’hectares logé sur les coteaux des Dentelles de Montmirail et sur la haute terrasse de l’Ouveze est exceptionnel à bien des égards. Explications.

« Sous ces Dentelles de Montmirail où la géologie et la climatologie sont si particulières ne pas recevoir la vigne serait un sacrilège. Ici, les vins ont un caractère unique. Personnellement, les bouteilles de Gigondas, je les ouvre avec beaucoup de décontraction. Je m’explique… ce vin appelle la communion, c’est à la fois un rendez-vous et une invitation à la délicatesse. » C’est ainsi que le chef Alain Passard décrit le cru Gigondas dans un magnifique ouvrage collectif à l’initiative des vignerons de l’appellation publié aux éditions du Bottin Gourmand. Voilà qui ne peut qu’éveiller la curiosité de ceux qui méconnaissent ce cru des côtés du Rhône. Ce vignoble d’un millier d’hectares est en effet à bien des égards exceptionnels. Planté à une altitude comprise entre 100 et 500 mètres, il s’étire à l’Ouest sur une haute terrasse de l’Ouvèze et, à l’est, sur le massif tourmenté des Dentelles de Montmirail. Ces étonnantes crêtes de calcaires durs offrent des sols multiples, riches en argiles, où le grenache a trouvé sa terre d’élection. Ici, il produit des vins colorés, puissants et riches aux notes de fruits rouges et de fruits noirs dotés d’une grande capacité de garde.

Comme le rappelle Sylvie Reboul dans son ouvrage Vins et Vignobles de la vallée du Rhône paru aux Éditions Ferret, l’appellation compte de surcroît de très anciens domaines. Ainsi, les vins du domaine Raspail sont connus depuis la fin du Moyen-Age. Le château fut construit en 1866, date à laquelle les premiers vins sont livrés en fûts à Paris, Lyon… Au domaine des Bosquets mentionné en 1376 pour sa production d’huile d’olive et d’arbres fruitiers la vigne fait son apparition en 1634. Quant au domaine Saint Cosme, il existe vraisemblablement depuis l’Antiquité, les vestiges d’un villa romaine et de nombreux débris de céramique ont été retrouvés sur place. Il a aussi la particularité d’être entre les mains de la même famille depuis le XVIe siècle (Vaton, puis Barruol). La cave coopérative a quant à elle vu le jour en 1955. Gigondas ne produit pas uniquement des rouges. « Aussi confidentielle qu’elle soit la production de rosé est tout à fait remarquable. Surtout aux heures estivales et apéritives où l’on cherche la fraîcheur à l’ombre des Dentelles de Montmirail. Ce que Gigondas appelle la Vinaltitude. Ce que j’appelle une instants de bonheur. » C’est ainsi qu’en parlait le chef Alain Senderens co-auteur du livre collectif écrit sur le cru.

Rendez-vous les 14 et 15 octobre prochains au Palais de la Bourse de Lyon pour la première édition de Lyon Tasting, un événement organisé par « Terre de Vins ». Réservez vos places ci-dessous !