Du benjamin,  Pierre Jacob (23 ans) au
Du benjamin, Pierre Jacob (23 ans) au "doyen", Tristan Ringenbach (39 ans) les neuf demi-finalistes rêvent tous du titre. Photo Jean Bernard.

Retenus après une première sélection nationale, neuf candidats disputeront dimanche la demi-finale du 29e concours du Meilleur sommelier de France. Le lendemain, seuls les quatre meilleurs entreront en scène…

A l’invitation de l’association des sommeliers de Midi-Pyrénées et de l’Interprofession des vins du Sud-Ouest, la France de la sommellerie va se déplacer à Toulouse où se dérouleront les phases finales du 29e concours du Meilleur sommelier de France. Dimanche 6 novembre, les neuf candidats retenus après la première sélection organisée à Lyon, le 29 février dernier, disputeront la demi-finale. S’il n’est pas question de se livrer au jeu des pronostics, un petit tour des forces en présence s’impose.

On note ainsi que trois des candidats ont déjà remporté un concours national organisé par l’Union de la Sommellerie Française. En effet, Jean-Baptiste Klein (Le Chambard à Kaysersberg), Maxime Brunet (Restaurant William Frachot à Dijon) et Pierre Jacob (Le clos des sources à Thannenkirch) affichent à leur palmarès le titre de Meilleur jeune sommelier de France – Trophée Duval-Leroy (moins de 26 ans) respectivement obtenu en 2011, 2013 et 2015.

Quatre places en finale

La province sera également représentée par Tristan Rigenbach (Cave Triovino à Lyon) qui avait déjà atteint ce niveau du concours en 2008 avant de prendre un peu de recul. Un autre lyonnais, Gaëtan Bouvier (La villa florentine), finaliste du Master of Port en 2015, a l’ambition de faire au moins aussi bien cette fois pour sa première présence à ce niveau.

Un candidat aura pour sa part l’accent provençal. Bastien Debono (L’Oustau de Baumanière aux Baux de Provence) qui est devenu le Meilleur élève sommelier en 2013 avant d’atteindre la demi-finale du Meilleur jeune en 2015 sera également du voyage dans la ville rose.

Les trois sommeliers parisiens sélectionnés ont eux aussi des raisons d’être ambitieux. A commencer par Florent Martin (George V) qui était finaliste lors des deux dernières éditions de ce concours, à Marseille puis à Beaune. Pierre Vila Palleja (Le petit sommelier), meilleur élève sommelier en 2008 et finaliste du Meilleur ouvrier de France en 2015, a aussi connu la demi-finale du MSF en 2011. Enfin, Quentin Vauléon (Pavillon Ledoyen) confirme que sa présence en finale du Meilleur jeune, il y a un an, ne devait rien au hasard.

Tous se retrouveront donc dimanche pour la demi-finale, mélange d’épreuves de connaissances générales et d’ateliers pratiques, mais les quatre finalistes ne seront connus que lundi à 15 heures, juste avant le début des dernières épreuves dans le grand amphithéâtre de l’Hôtel de région, à Toulouse.

Rendez-vous dimanche et lundi sur Terredevins.com pour vivre quasiment en direct les temps forts du concours et découvrir le palmarès.