Huit Meilleurs sommeliers du monde étaient présents à Paris. De gauche à droite : Jean-Claude Jambon (France, 1986), Serge Dubs (France, 1989), Piero Sattanino (Italie, 1971), Jean-Luc Pouteau (France, 1983), Philippe Faure-Brac (France, 1992), Andreas Larsson (Suède, 2007), Olivier Poussier (France, 2000) et Paolo Basso (Italie, 2013).
Huit Meilleurs sommeliers du monde étaient présents à Paris. De gauche à droite : Jean-Claude Jambon (France, 1986), Serge Dubs (France, 1989), Piero Sattanino (Italie, 1971), Jean-Luc Pouteau (France, 1983), Philippe Faure-Brac (France, 1992), Andreas Larsson (Suède, 2007), Olivier Poussier (France, 2000) et Paolo Basso (Italie, 2013).

Pour la première fois, l’UDSF a réuni ses membres, amis et partenaires le temps d’une soirée de prestige. C’était au Pavillon Ledoyen, à Paris…

« Mon ambition, à travers cette soirée, est de réaffirmer les valeurs de notre grande famille des sommeliers mais également de renforcer économiquement l’association pour nous permettre notamment de développer notre rayonnement tant au niveau national qu’international. » Philippe Faure-Brac, président depuis 13 mois de l’Union de la Sommellerie Française, a planté le décor en introduction du premier gala de l’UDSF. Un événement qui a conduit Yannick Alleno, chef trois étoiles, et son équipe à repousser un peu les murs du Pavillon Ledoyen, sur la Champs Élysées, afin d’accueillir dans les meilleurs conditions possibles plus de 500 personnes.

Des hôtes venus de toutes les régions qui composent l’Union, les propriétaires ou représentants de domaines viticoles et de maison de champagne, pas moins de huit Meilleurs sommeliers du monde, des Meilleurs sommelier de France et des MOF aussi… Sans oublier une caution morale. « Pour organiser cette belle soirée il fallait une idée directrice : nous avons choisi celle de notre planète avec Yann Arthus Bertrand pour parrain. » Lequel ne s’est pas privé d’alerter l’auditoire sur l’état de la Terre et l’évolution plus qu’inquiétante liée aux excès destructeurs de l’être humain. Un message sans concession !

De l’émotion, il y en eut aussi quand Olivier Poussier, Meilleur sommelier du monde 2000, prit la parole pour évoquer le Château d’Yquem 2015 servi avec le Valençay 20 jours d’affinage accompagné de l’huile d’olive  »H » du domaine Léos. Car au-delà du plaisir de la dégustation il voulait inviter la famille de la sommellerie à penser fortement à son ami Gérard Basset qui lutte depuis quelques semaines contre une sale maladie…

Plaisir et générosité

Mais il y eut aussi beaucoup de plaisir au cours de cette soirée débutée par la découverte de nombreuses cuvées de champagne. Champagne présent aussi, le 1er cru blanc de blancs cuvée des Meilleurs ouvriers de France de la maison Duval-Leroy, pour accompagner la mise en bouche, un tartare de veau iodé dans une coque de clémentine brûlée et tartelette de courge butternut aux graines salées. En magnum, le Puligny-Montrachet 1er cru Les Referts 2014 du domaine Faiveley était servi avec les noix de coquilles Saint-Jacques en soupe  »vraie » Viroflay.

Présenté par la maison Guigal, le Côte-Rôtie La Turque 2011 sa mariait à l’oreiller de la basse-cour et son gâteau de pommes de terre à la truffe noire. Le fondant au chocolat sous un mikado de meringues acidulées était mis en valeur par le Banyuls grand cru 1975 de la Cave de l’abbé Rous. Enfin, les MOF étaient encore à l’honneur en conclusion avec la cuvée de Chartreuse qui porte leur nom.
Si le palais était flatté, le cœur était également mis à contribution avec une vente aux enchères de vins offerts par les présidents régionaux de l’UDSF destinée à soutenir l’action de la fondation EREEL présidée par Christine Saluan et soutenue par l’actrice Marie-Anne Chazel. Les fonds ainsi destinés iront au programme ‘Souffle de Violette’ qui vient en aide aux femmes atteintes d’un cancer.
D’autres lots prestigieux vendus aux enchères ont permis à l’UDSF d’atteindre l’objectif évoqué en préambule par son président.

Ci-dessous : Membres du bureau national et présidents régionaux de l’UDSF réunis autour de Philippe Faure-Brac, l’initiateur de ce premier gala.