Après l’Asie et avant Paris, le salon bordelais Vinexpo s’est installé à New York les 5 et 6 mars. Ce nouveau rendez-vous ultra professionnel est conçu sur mesure pour répondre aux spécificités du marché américain. Il sera annuel.

Dimanche 4 mars au cœur de Manhattan : au beau milieu de l’après-midi, alors que le soleil resplendissant encourage à la promenade, quelques dizaines de courageux sont venus assister à la pré-conférence de Vinexpo New York. Réservée aux exposants qui finissent d’installer leur stand, elle entre d’emblée dans le vif du sujet : le temps et l’argent qu’il faut investir pour aborder le marché américain. Quatre experts ont été réunis pour expliquer comment se préparer, comment traiter avec les importateurs et distributeurs, comment choisir des zones et quels vins privilégier.

Business du vin

« Vinexpo New York, c’est juste business », résume Guillaume Deglise, le directeur de Vinexpo (photo ci-dessus) : « il fallait revenir à New York car il n’y a pas de salon aux États-Unis. Le marché a changé, le consommateur a envie de découvrir de nouveaux vins. Le timing était bon ». Car les États-Unis, premier marché mondial du vin depuis 23 ans, doivent continuer de progresser pour atteindre 45 milliards de dollars d’ici 2021.
Vinexpo New York a fait le plein, dans un format différent de Bordeaux et Hong Kong. Ici les stands sont simples, identiques, afin d’aller à l’essentiel. Des 350 exposants prévus, on a dû passer à 500.

Tendances du marché

Bien que le salon ne dure que deux jours, il s’accompagne d’un sérieux programme de conférences. Pas une place n’est restée libre pour les tendances du marché, les changements de taxation et le réchauffement climatique.

En toute logique la France représente environ un tiers des exposants qui se trouvent tous à l’étage supérieur avec principalement l’Espagne et l’Autriche. Les autres pays particulièrement bien représentés sont l’Australie et l’Argentine. Côté public, les acheteurs sont venus, de New York et alentours, mais aussi du reste des États-Unis, côte ouest incluse. L’objectif de 3000 visiteurs devrait être atteint.

Rendez-vous est donné pour la première semaine de mars 2019.

(Photos I. Bachelard)