Audrey Brugière succède au Toulousain Clément Rogé au palmarès de ce jeune concours d'un excellent niveau. (photos JB)
Audrey Brugière succède au Toulousain Clément Rogé au palmarès de ce jeune concours d'un excellent niveau. (photos JB)

Sommelière du restaurant Origines à Paris et récente demi-finaliste du concours du Meilleur jeune sommelier de France, la Provençale a remporté la deuxième édition d’un trophée révélateur de talents.

Dix-sept candidats ont disputé ce samedi 25 septembre la deuxième édition du Trophée du jeune sommelier organisé par le Syndicat des vignerons de Châteauneuf-du-Pape et l’association régionale de l’Union de la sommellerie française. Le château papal qui domine les vignes et le Rhône a servi de décor à ce concours destiné à valoriser professionnels et élèves de moins de trente ans en testant leurs connaissances sur la célèbre appellation et au-delà sur l’ensemble des vignobles de la vallée du Rhône.

Questionnaire général, correction de carte des vins, identification de photos de lieux, personnalités et objets du vins et dégustation à l’aveugle de deux vins (Saint-Joseph Les pierres sèches 2019 d’Yves Cuilleron, Châteauneuf-du-Pape du domaine de la Charbonnière 2019) ont permis d’établir une hiérarchie. Et surtout de désigner les trois finalistes. Et si Audrey Brugière est en poste en restauration dans l’établissement du chef Julien Boscus) ses deux  »adversaires » évoluent entre vigne et cave. Marylou Javault, étudiante en BTS viti-œno a rejoint à la fin de l’été le Mas Guallar à Tautavel, alors que Vincent Bourrier vient de rejoindre le domaine Marcel Deiss en Alsace.

Une finale en six temps

Un trio sans doute plus expérimenté en concours. Vincent Bourrier était sur le podium de la première édition en 2019 alors que les deux jeunes femmes avaient atteint la demi-finale du Meilleur jeune sommelier de France en juin dernier. Epreuve qui avait sacré Clément Delécluse et dont ce titre faisait de lui le parrain du concours castelpapal.

C’est donc dans le rôle du juge qu’il a découvert une finale en six temps forts. Du service, de la commercialisation en français et anglais et la dégustation à l’aveugle de cinq vins rouges ont constitué la première étape. « J’ai vraiment apprécié l’atelier basé sur un contact direct avec des clients. J’avais l’impression de me retrouver dans le contexte du restaurant où il faut conseiller et parfois inciter les hôtes à la découverte« , soulignait la gagnante du concours.

Mais elle a su aussi faire preuve d’inspiration en identifiant que les cinq vins rouges à déguster à l’aveugle constituaient une verticale d’un même domaine (Château Mont-Redon). Ou bien encore trouver les arguments justes pour expliquer qu’en fonction des différences d’affinage de trois fromages de Comté, on pouvait obtenir des mariages réussis avec des blancs comme des rouges de Châteauneuf-du-Pape.

Future représentante de l’Occitanie aux prochaines Olympiades des métiers, Audrey Brugière a confirmé son tempérament de compétitrice alors que Marylou Javault et Vincent Bourrier complétaient le podium dans cet ordre.