Déjà à la tête de 39 propriétés à travers le monde, l’infatigable Bernard Magrez vient de faire l’acquisition d’un Premier Grand Cru Classé de Sauternes, le Clos Haut Peyraguey. Il possède désormais quatre Grands Crus Classés dans chacun des quatre grands terroirs bordelais.

La galaxie Bernard Magrez n’en finit plus de s’étendre. Déjà à la tête de 39 propriétés en France et dans le monde, M. Magrez vient de faire officiellement l’acquisition d’un nouveau domaine, et non des moindres : le château Clos Haut Peyraguey, Premier Grand Cru Classé de Sauternes.

Avec cette opération, Bernard Magrez est désormais à la tête de quatre Grands Crus Classés, dont un Premier, dans chacun des quatre grands terroirs bordelais : ses prédécesseurs sont en effet le Château Pape Clément, Grand Cru Classé de Graves, le Château La Tour Carnet, Grand Cru Classé du Médoc en 1855, et le Château Fombrauge, Grand Cru Classé de Saint-Emilion.

Synergie

« Nous étions déjà présents dans le Sauternais avec le Château Latrézotte (AOC Barsac), rebaptisé « Le Sauternes de ma fille », précise Bernard Magrez. Mais nous avions l’objectif d’acquérir un très grand cru sur cette aire d’appellation. Plusieurs opportunités se sont présentées, et tous les éléments se sont rejoints pour que l’opération se fasse en faveur de Clos Haut Peyraguey. Le fait d’acquérir un Premier Grand Cru Classé n’est pas anodin : à l’étranger en particulier, cette classification représente beaucoup, pour les importateurs comme pour les consommateurs ».

L’objectif aujourd’hui est donc de propulser encore plus haut le Clos Haut Peyraguey en le faisant bénéficier de l’importante force de frappe du groupe Magrez : « il m’est souvent arrivé d’acquérir des châteaux dont il fallait améliorer la qualité. Là, nous sommes déjà en présence d’un vin de grande qualité et de renom, qui reçoit d’excellentes notes depuis de nombreuses années. A nous de consacrer nos efforts pour qu’il bénéficie de la synergie avec les autres grands crus classés du groupe en termes de visibilité, de notoriété, de prestige. L’avenir des châteaux, c’est la communication. » Quant à l’avenir de ses acquisitions, Bernard Magrez reste pour l’instant discret : « nous nous appliquons pour l’instant à nous agrandir dans le Médoc, en achetant uniquement de la vigne, comme par exemple au Château Tour Blanche. Pour le reste, il est trop tôt pour en parler… »

Situé au plus haut point du plateau de Bommes, le Clos Haut Peyraguey couvre une superficie est de 16 hectares.
Sa production est de l’ordre de 28 000 bouteilles par an.

M.D.