Pour les vendanges 2019, la coopérative alsacienne Bestheim a mis en place ses “Vendanges en ligne”, un programme informatique qui établit une liaison simple entre les viticulteurs adhérents et les vendangeoirs où ils apportent leur récolte. Des vendanges en douceur grâce cette nouvelle organisation très efficace.

Mieux pour le raisin qui arrive au meilleur moment, mieux pour le viticulteur qui ne perd pas de temps à attendre sur son tracteur, mieux pour les œnologues et les employés du vendangeoir qui assurent quelques dizaines de très longues journées – 8h-2h – de fin août à mi-octobre. Tel est le résultat de l’outil informatique mis au point par l’équipe de Bestheim, la cave coopérative de Bennwihr (Haut-Rhin) qui regroupe quelque 450 producteurs exploitant 1 380 ha de vignes.

En fait l’outil “Vendanges en ligne” était déjà opérationnel pour les précédentes vendanges, mais c’était seulement les plus gros apporteurs qui l’avaient testé – et apprécié. Cette année, tous les adhérents communiquent directement avec leur cave par leur téléphone, leur tablette ou leur ordinateur. Chaque jour ils inscrivent les surfaces de vignes qu’ils vont vendanger, en fonction du calendrier de la cave. Et en Alsace, il est particulièrement complexe puisque la région exploite une dizaine de cépages, 51 grands crus (8 à Bestheim), des lieux-dits, des raisins pour le crémant d’Alsace obligatoirement ramassés à la main… Il y a aussi maintenant des raisins bio, en conversion ou issus de domaines certifiés HVE (Haute Valeur environnementale)… Un vrai casse-tête que l’informatique est à même de simplifier.

Un outil fédérateur

Bien sûr, il y a eu un peu de grogne au début de la part des adhérents les plus âgés qui n’ont pas forcément l’habitude de travailler par téléphone ou même de disposer d’un téléphone intelligent. Les employés de la cave on reçu beaucoup d’appel plus ou moins en colère, mais ils l’avaient prévu et pouvaient répondre. “Le plus surprenant, c’est qu’au bout d’une semaine, le système semblait adopté” déclare Sabrina Marino, la responsable de la communication de Bestheim qui a piloté le projet de A à Z. “Après seulement quatre semaines de vendanges, c’est presque rentré dans les habitudes”.

Sabrina Marino a à cœur d’expliquer à quel point “Vendanges en ligne” est le contraire d’une déshumanisation : “C’est un outil fédérateur, à ma connaissance le seul en Alsace concernant la partie vendanges. Notre volonté était de donner à Bestheim un outil collaboratif d’aide à la décision simple et intuitif pour optimiser l’organisation des vendanges”. Les inscriptions ont généralement lieu au plus tard 48 ha avant le jour de vendange. La récolte et l’analyse de ces données en interne permet aux responsables du planning de connaître précisément les surfaces terminées et celles qui restent à faire, ainsi que les rendements. Pour le viticulteur, l’intérêt est aussi que toutes les données de sa vendange, c’est à dire les cépages, surfaces, poids, degrés sont importées directement dans sa base personnelle. Il peut ainsi suivre l’évolution de ses vendanges, sur l’année et pour les récoltes à venir.

Webcam obligatoire

Les “Vendanges en ligne” se sont dotées d’une webcam installée à chaque vendangeoir qui s’avère un point fort du système, car il permet aux viticulteurs de se presser plus ou moins en fonction de l’attente au déchargement des raisins. Il sert aussi à partager en famille le travail du viticulteur. Une façon de donner envie aux enfants et aux petits-enfants de rejoindre un jour la famille du vin et de Bestheim.