Dernier arrêt de Bien Boire en Beaujolais, au Château des Ravatys pour les découvertes de la Beaujoloise, des vignerons « engagés qui ont fait du mot nature une valeur inébranlable ».

On y retrouve les stars du mouvement : les Lapierre, les Dufaitre, Jérôme et Gilles Paris (ancien président de l’interprofession du Beaujolais), Chanudet, Descombes, Andrew Nielsen découvert en 2019 pour qui nous avions un coup de cœur, Justin Dutraive, les Foillard (Alex, Jean & Agnès)…

Pour cette édition, nous avons cette fois-ci testé toutes les cuvées de Charly Thévenet, qui produit notamment du Régnié et du Morgon. Coup de cœur pour son entrée de gamme « En voiture Simone », en hommage à sa grand’mère et au couple de ses grands-parents qui lui « ont donné l’élan, d’où cette expression populaire qui colle parfaitement à mon histoire », en Régnié 2020, qui nous offre de la gourmandise, un nez parfaitement fruité sur le côté aérien, acidulé et élégant à la fois, mis en relief par une note végétale qui équilibre finement l’ensemble (8,50€).

Pour les amateurs de Fleurie, une jolie expression vous attend au domaine Chapel, où la minéralité, la fraîcheur et les notes de fruits rouges se structurent sur une élégante trame tanique, avec une longueur plaisante sur cette cuvée non collée, non filtrée.

 Xavier Bénier a transformé l’essai haut la main après sa cuvée « Super strong » sélectionnée pour les cuvées de fêtes, notamment avec sa bien-nommée cuvée « Pur Jus » : pour les amateurs de gouleyance qui ne sacrifie rien à la finesse, avec des tanins fins et un fruité entrelacé à la minéralité (18€).

Xavier vinifie également deux cuvées en blanc : un Beaujolais blanc et un viognier, qui prend une tournure évidemment différente sur les sols granitiques. Vendangés fin octobre, ils se concentrent sur la finesse plus que sur l’opulence.

Pour un Moulin-à-Vent plus floral qu’à l’accoutumée, rendez-vous chez Elisa Guérin et sa cuvée « Les Vignes de mon Père », faite d’un assemblages de parcelles sur des sols sableurx limoneux, produisant une cuvée délicate.

Dernier coup de cœur pour l’un des invités de la Beaujoloise, le Château des Rontets à Fuissé, où Claire et Fabio vinifient de très belles cuvées parcellaires de Pouilly-Fuissé, gourmandes, structurées, équilibrées, comprises entre 26€ (Clos Varandon) et 42€ (les Birbettes pour les vieilles vignes du Clos).