Pour la première fois, Bordeaux Tasting met en lumière le savoir-faire des « winemakers » en accueillant quatre laboratoires d’œnologues-consultants qui font découvrir les vins de plusieurs propriétés qu’ils accompagnent. Voici donc 8 pépites à déguster jusqu’à ce soir chez Rolland & Associés, Hubert de Boüard Consulting, Œnoconseil et Derenoncourt Consultants.

Nous vous en avions parlé il y a quelques jours, en amont de l’événement, cette édition de Bordeaux Tasting accueille pour la première fois quatre stands dédiés au savoir-faire des « winemakers » qui dispensent leur expertise dans le vignoble bordelais et dans le monde entier. Ces quatre stands sont à visiter jusqu’à ce soir au Musée des Douanes, sur la Place de la Bourse de Bordeaux. Si vous ne devez vous tourner que vers quelques vins présentés, voici quelques pépites que vous devez impérativement déguster…

Chez Rolland & Associés, Château de Reignac 2016 est un incontournable. Ce bordeaux supérieur appartenant à la famille Vatelot et conduit de main de maître par Nicolas Lesaint est célèbre pour avoir battu à l’aveugle quelques grands crus classés de renom, mais aussi pour son dynamisme sur les réseaux sociaux. Le 2016 qui est présenté à Bordeaux Tasting (67% merlot, 25% cabernet sauvignon, 8% cabernet franc), quoiqu’encore en pleine jeunesse, séduit par son tonus, son fruit pimpant et plein articulé sur une jolie arête acide et escorté d’un joli grain de tannins. Sa matière souple se conclut sur de fins amers, comme un goût de revenez-y. Immanquable !

Chez Hubert de Boüard Consulting, les vins étrangers tiennent la vedette : Espagne, Liban, Portugal… Mais c’est l’Afrique du Sud qui mérite toute votre attention, avec le millésime 2012 de Klein Constantia. Ce vignoble mythique remontant à 1685 produit un liquoreux dont Napoléon aurait été friand lors de son séjour à Saint-Hélène. Déclinant des notes exubérantes d’abricot confit, de litchi, de rose, est d’une superbe gourmandise et devrait vous donner des idées pour vos tables de fêtes.

Le laboratoire Œnoconseil présente les vins de plusieurs propriétés très intéressante, comme la « star » stéphanoise Haut-Marbuzet ou un tout nouveau projet espagnol, Masos, dans la Valle de Guadalest près d’Alicante. Un vignoble d’un peu plus de 5 hectares, planté il y a quatre ans par la famille Vidal à 600 mètres d’altitude, et qui présente de sérieuses ambitions. Le premier millésime, 2020, est riche de promesses, qu’il s’agisse du rouge Vidal Valaguer ou du 100% chardonnay Sol de Masos. Plus près de nous, on retiendra, dans le Médoc, la souplesse séductrice et appétissante de Clos Manou 2015, vignoble-bijou de Stéphane et Françoise Dief, et le classicisme très tweed de La Tour de By 2016, déroulant son toucher de bouche et son fruit ferme et droit en cabernet majeur. Ces deux vins se situent dans des prix aux alentours des 20 euros et sont deux valeurs sûres pour les amateurs.

Enfin, du côté de Derenoncourt Consultants, il est intéressant de noter que chaque vin est présenté en deux ou trois millésimes afin de proposer aux visiteurs une lecture à travers le temps. Ainsi, on sera intéressé de déguster le blanc de Château Beaulieu en coteaux-d’Aix, dont le 2011 « pétrole » presque et arbore de fines notes oxydatives, tandis que les millésimes plus récents (2016, 2017) jouent davantage sur le côté ciselé et sapide de l’assemblage rolle / sauvignon blanc. Côté rouges, un vin de Loire à suivre : les Vignes Centenaires de Minière (Bourgueil). Parmi les trois millésimes dégustés, on confesse une préférence pour le 2017, très signé par le cabernet franc, rectiligne, traçant et fin. Enfin, à tout seigneur tout honneur, le Domaine de l’A de Stéphane Derenoncourt, présenté sous les millésimes 2011, 2016 et 2017. Vous pouvez foncer les yeux fermés vers le 2017 : cette année-là, le gel ayant frappé une partie du vignoble, la sélection a été particulièrement drastique et il en ressort un vin très pur, racé, marqué par la finesse de la texture et beaucoup d’allant.