Nouveau venu sur Bordeaux Tasting, qui a ouvert ses portes ce matin : le champagne De Sousa et ses fines bulles élaborées en biodynamie. Rencontre express avec Julie et Valentin De Sousa, représentants de la jeune génération du domaine familial.

Erick De Sousa a fait le choix du bio depuis 15 ans à Avize, sur ses dix hectares de chardonnay au cœur de la Côte des Blancs. Aujourd’hui, dans la magnifique église bordelaise Saint-Remi qui accueillent les champagnes pour la cinquième édition de Bordeaux Tasting, ce sont deux des trois enfants, Julie (23 ans) et Valentin (21 ans) qui représentent le travail familial pour l’expliquer aux amateurs venus en nombre dès ce samedi matin.

Trois grands chardonnays

Sur la table de leur stand, trois blancs de blancs choisis : Réserve (34 €), Mycorhize (45 €) et Caudalies (47 €) dans trois styles très différents, pour un message clair : « C’est important de faire connaître notre marque aux visiteurs de Bordeaux Tasting, et de (ré)expliquer que le champagne est d’abord un vin. Il ne doit pas être cantonné à un service en fin de repas, il peut accompagner beaucoup de plats différents… Des huîtres, des crustacés, ou du fromage par exemple ! »

Coup de cœur pour la cuvée Mycorhize, ce clin d’œil aux vieilles vignes de chardonnay de plus de 70 ans, uniquement travaillées au cheval « afin d’éviter au maximum les tassements et permettre de laisser plus d’air, plus d’eau, en bref plus de vie microbienne dans le sol pour que la plante se sente bien », explique Julie De Sousa en servant les fines bulles. Complexe, évolutif, et d’une grande pureté, courez-y, c’est délicieux.

Nouveauté en 2016, un blanc de noirs signé De Sousa

Une première pour ces champenois depuis cette année : un tout petit négoce, soit deux hectares à Bouzy « dont nous achetons les raisins mais nous nous occupons complètement des vignes de A à Z», qui permettra en 2016 de sortir un Blanc de Noirs (soit un champagne blanc élaboré à partir de raisins noirs, NDLR). « Mon père adore les blancs de noirs, mais vu le prix du foncier, nous ne pouvons pas acheter ces parcelles à Bouzy. En travaillant les vignes depuis le départ, on sait ce qu’on fait ».

Expliquer l’agriculture biologique, un challenge

Lorsqu’on pose la question de la certification en biodynamie, la réponse de Valentin et Julie est immédiate : « C’est un point fort pour notre maison d’expliquer le choix de notre père de passer en bio et en biodynamie il y a quinze ans. Expliquer comment renforcer les défenses naturelles des vignes, grâce à des applications de tisanes par exemple ou autres traitements naturels », explique la jeune femme, passionnée de cheval. « Je suis juste diplômée du master « vin, vignes et terroir » à Dijon, et dès que je reviens sur la propriété, j’aimerai qu’il y ait plusieurs chevaux, qu’on puisse travailler plus avec eux dans les vignes. Pour les labours, mais aussi pour les butages, les traitements », sourit Julie.

Bordeaux Tasting, pour la jeune génération De Sousa, est une belle occasion de parler de ces choix écologiques et culturales et « faire découvrir qu’il y a aussi des champagnes de petits vignerons qu’on peut boire tous les jours, sans occasions particulières ! »

Les champagnes De Sousa sont à découvrir pendant deux jours de Bordeaux Tasting, dans l’Eglise Saint Remi au stand CH7, ainsi qu’à la Master Class « Les Grands Vins en Biodynamie » de 13h aujourd’hui, présentée par l’équipe d’Idealwine.