Bordeaux Tasting, c’est aussi l’occasion de découvrir des talents et de belles histoires de vie. Exemple avec Jérôme Trudon, talentueux vinificateur, qui cisèle des meuniers magnifiques. Après avoir 10 ans géré la cuverie de la prestigieuse Maison Roederer, le voici revenu sur l’exploitation familiale. Pépite à découvrir !

Le ton est posé, les mots sont choisis, les idées claires. Pas de doute, Jérôme Trudon a reçu une belle éducation. Puis il parle vin, techniques de vinification, assemblages, et on sent l’œnologue. Il parle en français, il parle en anglais, et on sent qu’il a vécu à l’étranger. Jérôme Trudon, vigneron à Festigny, a eu plusieurs vies.
Flashback. Jérôme est né en 1973 dans une famille vigneronne réputée de ce cru de la vallée de la Marne. 7,5 ha, 4e génération, une famille engagée auprès des vignerons indépendants. Jérôme est intéressé par le vin et l’avenir est traçé : études d’œnologie à Reims et, en deuxième année, stage en cuverie dans la prestigieuse maison Roederer. Diplôme en poche, il faut faire l’armée. Les grandes maisons s’arrachent ces jeunes profils à la tête bien faite et bien pleine. Roederer, qui l’a repéré en stage à Reims, le prend en service civil au Nord de San Francisco, dans le vignoble d’Anderson Valley où il a créé le domaine Roederer Estate. Pendant un an et demi, il reproduit, développe plusieurs techniques pratiquées à Reims, notamment ce travail du bois si particulier avec l’élevage des vins de réserve en foudre. La tentation est grande de rester et poursuivre aux US, mais peut-être que les gènes vignerons commencent à poindre, et puis Roederer lui fait une proposition de celles qu’on ne refuse pas : le chef de cuverie à Reims va bientôt partir à la retraite ; il faut préparer la transition.

Rigueur, précision, doigté : l’école Roederer

En 1999, le voici donc à la tête de la prestigieuse cuverie Roederer. Il apprend le métier au contact du chef de caves Jean-Baptiste Lecaillon. “Roederer, c’est une école de la rigueur et de la précision des vinifications ; c’est la méthodologie dans la sélection des vins et une véritable science de l’assemblage. Et puis il y a tout l’apprentissage de la dégustation, d’immenses séries que nous enchaînions. Il faut vraiment 4 à 5 ans pour comprendre, pour se former au goût d’une maison.” Pendant 10 ans, il règne sur l’immense labyrinthe de cuves de toutes tailles et un parc à foudres de tout premier ordre. “Cela m’a appris l’artisanat du bois pour les vins de réserve : la gestion des lots, l’entretien des foudres, leur renouvellement. Quand on montait un foudre dans la cave, c’était un vrai puzzle !”
Mais le temps passe, les parents de Jérôme posent des questions, commencent à parler de départ à la retraite, ne mettent pas la pression… mais quand même ! Il faut faire un choix. D’un côté une carrière sur orbite, de l’autre des racines. Avec le recul, quels sont les arguments qui l’ont décidé ? “La raison, c’est clairement la continuité familiale. Mais élaborer son propre vin avec son nom sur l’étiquette, c’est valorisant aussi, il ne faut pas se le cacher.” Après les vendanges 2009, il revient sur l’exploitation.

Champagne Trudon : le meunier toutes voiles dehors

Il s’en doutait, mais le choc est quand même là. A Festigny, il se retrouve rapidement en totale autonomie, seul face à ses prises de décision, dans un univers beaucoup moins encadré, prestigieux, confortable. Mais il est le premier à reconnaître la qualité de l’outil construit par son père, la cohérence de la gamme construite. Pas de révolution donc, mais un vrai savoir-faire qu’il applique, de multiples évolutions par petites touches, l’affirmation d’une patte et d’un style dans les assemblages. “Un champagne, c’est un acte de création, un produit de style. J’ai une lecture œnologique de la Champagne. Elle est un support riche de création pour tout vinificateur passionné.” Avec son épouse Hélène (ex. Roederer également, à l’administration des ventes), ils proposent une belle gamme de haute volée, construite autour du cépage meunier. “J’avais compris qu’il fallait afficher ce cépage. Il s’exprime merveilleusement à Festigny à la fois sur le fruité, mais aussi sur une finesse peu courante”. 3 champagnes donc à découvrir sur le salon, qui offrent une vision exceptionnelle du cépage : Monochrome (22,90 €) en pur meunier ; Instantannée (25,90 €) en millésimé ; Magnificence (32,50 €) où le meunier est assemblé à parité avec du chardonnay, avec un travail du bois peu courant. Haute-couture à suivre !