Ci-dessus : Denise van der Meer, directrice marketing & communication des Vignobles K.
Ci-dessus : Denise van der Meer, directrice marketing & communication des Vignobles K.

Sous la bannière des Vignobles K se trouvent les propriétés bordelaises de Peter Kwok, homme d’affaires sino-vietnamien passionné de vin. Depuis sa première acquisition sur la rive droite il y a près de 25 ans, il a considérablement élargi son portefeuille viticole. Trois belles illustrations étaient présentées à Bordeaux Tasting.

Élevé à Saïgon par des parents chinois, désormais installé à Hong Kong dont il a pris la nationalité, Peter Kwok a été bercé par la culture française depuis son plus jeune âge, et a développé naturellement la passion du vin. Après un doctorat en finance, il dirige avec succès CITIC Ressources Holding Ltd, filiale énergétique du groupe chinois CITIC. En 1997, sa passion de la France ne s’étant nullement estompée, il devient la première fortune chinoise à investir dans le vignoble bordelais avec le château Haut-Brisson en Saint-Émilion Grand Cru. Progressivement, il agrandit son portefeuille de vignobles, qui se compose désormais de sept propriétés : Château Bellefont-Belcier (Saint Emilion Grand Cru Classé) – Château Haut-Brisson (Saint Emilion Grand Cru) – Château Tour Saint Christophe (Saint Emilion Grand Cru) – Château La Patache (Pomerol) – Enclos Tourmaline (Pomerol) – Enclos de Viaud (Lalande-de-Pomerol) – Château Le Rey (Castillon Côtes de Bordeaux).

La revente en 2018 de Haut-Brisson à Stéphane Schinazi lui permet d’acquérir le grand cru classé Bellefont-Belcier, qui devient de facto le fleuron des Vignobles K et a, depuis, bénéficié d’importants investissements pour rénover l’outil technique et développer l’offre œnotouristique. Haut-Brisson continue toutefois, même si Peter Kwok n’en est plus propriétaire, d’être piloté et commercialisé par les équipes des Vignobles K, emmenées par leur talentueux directeur général Jean-Christophe Meyrou.

En un peu moins de 25 ans, les vins des Vignobles K se sont indéniablement installés comme des références solides sur la rive droite, démontrant à quelques esprits chagrins que les investisseurs chinois dans le Bordelais ne sont pas une menace mais bien une opportunité, lorsque les projets sont menés avec passion – comme en atteste, dans le cas présent, l’implication des enfants de Peter Kwok, Elaine, Karen et Howard. Lors du prochain classement de Saint-Émilion, Bellefont-Belcier a toutes les chances de conserver son rang, tandis que Tour Saint Christophe et Haut-Brisson ont de bons arguments pour accéder à une reconnaissance en tant que grands crus classés.

Durant Bordeaux Tasting, trois vins des Vignobles K étaient proposés à la dégustation par Denise van der Meer, directrice marketing & communication :

  • Château Le Rey « Les Argileuses » 2020 : vignoble acquis par Peter Kwok en 2016, en association avec son directeur général Jean-Christophe Meyrou, ce castillon se décline en deux cuvées parcellaires, l’une (« Les Rocheuses ») issue d’un terroir calcaire, l’autre (« Les Argileuses ») sur terroir… argileux. Ce 2020, assemblage 80% merlot 20% cabernet franc, se révèle pleine de gourmandise, rond, plein et pulpeux. Prix indicatif 14 €.
  • Château Haut-Brisson 2018 : situé entre Saint-Sulpice de Faleyrens et Vignonet sur un terroir proche de Monbousquet, le « doyen » des Vignobles K se distingue par son profil souple et digeste, déroulant une matière savoureuse, soyeuse, des tannins finement brossés, portés par une jolie trame acidulée. De la buvabilité et du croquant, jusqu’à une finale finement grillée. Prix indicatif 29 €.
  • Château Bellefont-Belcier 2018 : premier millésime conduit à 100% par les Vignobles K suite au rachat de ce grand cru classé, 2018 impose d’emblée une belle densité, un nez feutré et profond où le fruit noir se pare d’un léger fumé. Un vin d’une belle définition, précis et tendu, doté d’un toucher de tannins élégant et d’un élevage fondu. Son équilibre entre sucrosité et tension, ponctué par sa finale subtilement crayeuse, signe la race de son terroir. Prix indicatif 55 €.