Accueil Actualités Bouchard Père et Fils présente ses 2020 : nos coups de cœur

Bouchard Père et Fils présente ses 2020 : nos coups de cœur

De gauche à droite Geraud-Pierre AUSSENDOU, Frédéric WEBER et Gilles DE LAROUZIERE de la maison Bouchard Père et Fils. Photo DR Clément L'hôte

Auteur

Clément
L'Hôte

Date

02.01.2023

Partager

La « grande maison » de Beaune, qui a récemment rejoint les domaines de François Pinault, dévoile les cuvées issues de ce millésime de grande chaleur. A la clé : complexité aromatique, textures sapides et potentiel de garde, en rouge comme en blanc.

Amatrice d’élevages longs, la maison bourguignonne Bouchard Père et Fils présente depuis peu ses 2020. « Le plus beau millésime des vingt dernières années », avance son directeur Frédéric Weber. Pour triompher d’un millésime exceptionnellement sec et chaud, qui a subi « un climat qu’on trouve d’ordinaire à Montpellier », l’œnologue confie qu’il a pu « compter sur les archives de cette maison pluriséculaire, et s’inspirer de la gestion d’autres millésimes solaires, par les vignerons des générations précédentes ».

La leçon des grands terroirs

En rouge, l’élégance des textures a de quoi ravir. Le Beaune du Château, signature de la maison, propose dans ce millésime des tanins poudrés, des arômes mûrs de fruits noirs juteux, avec une tension sous-jacente. Modèle d’élégance, le Volnay 1er cru Les Caillerets se distingue lui aussi par sa structure délicate et par sa fraîcheur, lui qui craint pourtant les excès de soleils. Sa bouche ample, ses tanins caressants, ses arômes délicats de prunelles et cacao laissent place à une finale saline. Le grand cru Le Corton mérite aussi une mention, avec son aromatique florale et ses tanins à la fois fins et affirmés, qui présage d’un long potentiel de garde.

Du côté des blancs, aucun doute : les grands terroirs ont parlé. Le Meursault 1er cru Genevrières fait étalage de sa complexité, profitant d’un assemblage de deux parcelles du climat. Citron confit, fleurs blanches, tilleul et notes iodées se confondent dans cet ensemble profond et harmonieux. À peine plus au sud, le Chevalier-Montrachet déploie une énergie à couper le souffle, sur des nuances d’agrumes et de fleurs, avec une longueur infinie. Un régal dès aujourd’hui. On ne peut conclure sans citer son voisin, Le Montrachet, tout en densité, avec sa superbe consistance et ses notes finement salines. Moins affable que son voisin Chevalier, mais au potentiel hors-norme, il prendra sa dimension unique au monde après quelques années (décennies?) de cave.

ENCADRÉ Propriété aux 130 hectares, dont de nombreux 1er et grands crus, Bouchard Père et Fils fait partie des grandes maisons beaunoises. Créée en 1731, elle se distingue par sa longévité ainsi que par son patrimoine unique. Sa collection de vieux millésimes, pour certains du XIXe siècle, patientent entre les murs épais des caves du Château de Beaune. Propriété du groupe champenois Henriot jusqu’en septembre 2022, la maison bourguignonne a rejoint à cette date les domaines Artemis Domaines, groupe de François Pinault, dont Henriot est devenu l’actionnaire minoritaire.