En juin dernier, l’AOP Bugey a lancé son projet « Cav’âge », destiné à mieux faire connaître la diversité des vins de l’appellation ainsi que son potentiel de garde.

800 bouteilles ont ainsi été descendues à 40 mètres de profondeur dans la grotte de Cerdon, d’où elles ressortiront en fin d’année 2024 pour une dégustation comparative avec leurs homologues restées en surface.

Un lieu mythique

La grotte de Cerdon est un symbole paysager du Bugey, tout autant que son nom l’est de la cuvée emblématique de l’appellation. La grotte se fait donc lieu de départ pour augmenter la notoriété de l’appellation, et surtout porter à la connaissance des consommateurs le fait que certes, le Cerdon est la star du Bugey, mais que l’appellation produit également de nombreux vins tranquilles, en mono-cépage ou assemblage de gamay, pinot noir et mondeuse pour les rouges ; chardonnay, roussette, altesse, jacquère, pinot gris, mondeuse blanche pour les blanc.

Une illustration in vivo

Les huit cuvées ayant rejoint la fraîcheur, l’obscurité et l’hygrométrie constante de la grotte ont été sélectionnées à l’aveugle par un jury de sommeliers et de vignerons, qui ne dévoileront rien du nom des cuvées et de leurs producteurs avant le remontage des bouteilles.
Les heureuses élues sont toutes en AOP Bugey : une cuvée de chardonnay, une de roussette, une de gamay, une de pinot, une de mondeuse, une de mondeuse blanche, une cuvée en dénomination géographique Manicle (en blanc et en rouge, respectivement chardonnay et pinot noir), et enfin un blanc de blanc en méthode traditionnelle. « Vous remarquerez que le Cerdon ne fait pas partie de la liste, et c’est normal : la méthode ancestrale ne favorise pas le vieillissement et la garde sur ces cuvées ne présente pas d’intérêt majeur au-delà de 12 ou 18 mois », souligne le président de l’appellation, Jean-Luc Guillon.

Truffe et vin

Le choix du nom de « Cav’âge » ne doit rien au hasard. Au-delà de la référence explicite au procédé de vieillissement utilisé sur ces cuvées, il renvoie à une page de l’histoire du Bugey, qui a été l’une des premières régions productrices de truffe. D’autant qu’elle se retrouve également dans certaines cuvées : la mondeuse blanche développe, en évoluant, un nez truffé, offrant un bel écho à l’histoire de la région.
Verdict dans deux ans !