(photo F. Hermine)
(photo F. Hermine)

La maison de champagne Billecart-Salmon se prépare à fêter dignement son bicentenaire et a sorti, pour l’occasion, de nouvelles parures pour sa gamme Collection.

La dernière cure de jouvence datait du milieu des années 90 quand François Roland-Billecart, 7ème génération, avait pris la direction de la maison. Il avait alors choisi d’abandonner les vieilles étiquettes pour rentrer dans la belle gastronomie. La stratégie s’était poursuivie en 2003 par l’adoption d’un nouveau logo, un entrelacs design, aujourd’hui signe de reconnaissance et de modernité de la maison marnaise. Celle-ci est toujours familiale, sans discontinuité depuis la fin du 19e, bien que le groupe Frey soit entré à 45% au capital depuis 2005. Jean Roland-Billecart, 94 printemps, la cinquième génération, veille toujours d’un œil sur les assemblages. Il est à l’origine du débourbage à froid et de la fermentation des moûts à basse température, qui marquent depuis les années 50 le style fin et frais des champagnes Billecart-Salmon ; il avait également remis les rosés au goût du jour dans les années 70. La maison bénéficie d’un approvisionnement d’environ 220 ha (dont 35 en propriété) sur 40 crus. Ses vins sont élaborés depuis une trentaine d’années par l’œnologue et chef de caves François Domi.

200 ans – 1

Dans la perspective fêter leurs 200 ans, la maison a donc épuré ses étiquettes, déclinées en couleurs différentes selon les cuvées, adopté des tons plus profonds avec des gaufrages plus marqués et un papier résistant à la tenue dans l’eau des seaux à glace et a valorisé son logo, plus visible sur les bouteilles. De plus, le blanc de blancs millésimé a été rebaptisé Cuvée Louis, du nom du frère d’Elizabeth Salmon, fondatrice de la maison avec son mari Nicolas-François Billecart ; il était responsable des vins et des assemblages dès 1818. Le bicentenaire sera d’ailleurs accompagné de la publication d’un livre sur l’histoire de la maison, de l’organisation d’expériences gastronomiques à New York, Los Angeles, Londres, Tokyo, Paris… et d’une grande fête en juin au siège de Mareuil-sur-Ay, dans la vallée de la Marne.

Notre sélection :

– Brut rosé, assemblage de rouge de Mareuil (moins de 10%), de 45% de chardonnay, 25% pinot meunier elle restée en pot noir. Des arômes de fruits rouges (groseille, framboise) et quelques agrumes légers dosé à 8g. Avec des sushis ou une soupe de fraises. (62€)
– Vintage 2007 : 75% de pinot noir et 25% de chardonnay dosé en extra brut à 4g avec près de 10% de l’assemblage passant en fûts de 15 ans. Des arômes de fruits blancs compotés, d’agrumes sur des notes pâtissières de frangipane. Avec un homard grillé ou un jambon pata negra. (62€)
– Blanc de blancs 2006 : Chardonnay issu des meilleures parcelles de la Côte des Blancs, dont 15% passés en fûts, et dosé à 6g. Minéral et crayeux, à la mousse crémeuse et acidulée sur des arômes de fleurs et d’agrumes Avec un risotto aux coquillages ou une salade de langoustines. (150€ et proposé en coffret accompagné d’une magnifique carafe pour les fêtes de fin d’année à 275€).
– Cuvée Nicolas-François : 60% de pinot noir, 40% de chardonnay dosé à 7g, en partie vinifié en fûts de chêne. Un léger boisé, des notes briochées sur une touche de miel, des notes de tarte aux pommes et de figues et une pointe citronnée. Avec une volaille de Bresse à la crème ou des ris de veau. (152€)