En dépit des coups du sort qui ont frappé le château ces trois dernières années, la famille Thomassin s’est armée de courage pour que continue cette belle saga initiée il y a maintenant plus de quarante ans.

L’année 2014 semble enfin sonner le glas de trois ans d’épreuves pour le Château de France. Tout commence le 18 juillet 2011 quand Arnaud Thomassin, directeur technique du domaine alors en vacances, apprend de son maître de chai l’impensable : le domaine est en feu suite à l’embrasement d’un tracteur dans les bâtiments agricoles. Arnaud devra attendre le lendemain pour contempler un spectacle de désolation, l’ensemble des infrastructures de la propriété ayant été réduit à néant dans l’incendie. On est alors à quelques semaines des vendanges… Beaucoup se seraient découragés, mais Arnaud fait appel à la générosité de ses voisins de Pessac-Léognan qui répondent présents. Deux châteaux prestigieux de l’appellation vont ainsi mettre à disposition des machines, des outils ainsi qu’une partie de leurs infrastructures pour permettre aux vins du millésime 2011 de voir le jour. S’ensuivront deux autres années difficiles de vinification hors les murs le temps de tout rebâtir. Une période malheureusement achevée par le décès du patriarche de la famille, Bernard Thomassin, en octobre dernier.

Un nouvel écrin pour le Château

Arnaud est aujourd’hui à la tête du château, épaulé en partie par ses deux sœurs. C’est lui qui a supervisé pendant un an les principaux travaux de reconstruction qui ont permis de moderniser les installations qui existaient. Le domaine dispose désormais d’un cuvier de vinification entièrement neuf doté de 34 cuves de tailles différentes et d’un laboratoire dédié à l’analyse et à la dégustation des vins. De nouveaux équipements ont également été achetés afin d’améliorer par exemple la qualité du tri des raisins lors de la réception de la vendange. Ces outils et infrastructures vont permettre, dès cette année, d’assurer de nouveau les vinifications in situ et de continuer la marche vers la qualité, leitmotiv du Château. Pour autant, les travaux ne sont pas terminés. Il faudra compter une année supplémentaire pour faire renaître le bâtiment agricole, également détruit en 2011.

Des vins très largement distribués en France

Cette renaissance du Château de France apparaît comme un véritable symbole. A la différence de beaucoup de propriétés, ses vins sont en effet très largement distribués en France (85% de la production), et même de manière très locale. Ce sont ainsi près de 60% des vins du domaine qui sont consommés en Aquitaine ! Une chance lorsque l’on sait que certaines cuvées de la propriété sont assez confidentielles (uniquement 20 000 bouteilles de vins blancs). Il reste cependant toujours possible de venir découvrir toute la gamme directement au château, à l’occasion de l’une des expositions qui sont organisées dans le vignoble ou lors de l’opération « Portes Ouvertes » de l’appellation Pessac-Léognan qui se tiendra, comme chaque année, le 1er week-end de décembre.

Jean-Michel Brouard