On se réinvente en terre médocaine, comme en témoigne la cuvée Rouge Intense élaborée par Emmanuel Martin, le propriétaire du Cru Bourgeois (AOC Médoc) Château La Gorce. Ce flacon casse les codes du Bordelais, de la bouteille à l’étiquette en passant par le vin sans sulfites, aussi bien pendant la vinification que lors de la mise en bouteille.

Pour comprendre l’apparition de cet OVNI dans le paysage médocain, il faut remonter au millésime 2018 avec la reprise du domaine par Emmanuel Martin. Originaire de l’entre-deux-mers, il arrive pendant les vendanges et initie la conversion en bio dès les semaines suivantes. Dans cet élan, en sus des deux vins classiques du Château La Gorce, il créé sur le millésime 2019 une cuvée singulière. “Dans le sans sulfite, il y a du bon et du moins bon, que les choses soient claires, hors de question que les vins soient daubés sous prétexte d’être sans soufre, il faut la réussir et j’ai tenu à la maintenir en appellation Médoc”, prévient Emmanuel Martin avant d’ajouter : “Nous avons un déficit d’image, il faut se renouveler tout en faisant de jolis vins bien sûr”.

Le résultat est très concluant avec un vin sur la pureté et tout à fait debout. Situé sur la commune de Blaignan-Prignac, le Château La Gorce est dans la famille des Crus Bourgeois dès l’origine dans les années 1930. La propriété compte aujourd’hui une petite cinquantaine d’hectares dont une partie vient désormais nourrir cette cuvée Rouge Intense. Quitte à surprendre, Emmanuel Martin a choisi une bouteille bourguignonne et s’est offert les services de l’artiste Clémentine Mélois pour faire l’étiquette. “Chaque année, on fera un habillage décalé, c’est Clémentine qui a inauguré ce concept avec sa période du roman-photos, elle m’a dit qu’elle n’y connaissait rien en vin, j’ai trouvé que c’était une très bonne chose pour casser les codes”, souligne Emmanuel Martin. Le petit-fils de Pierre Martin – un des fondateurs du système coopératif de l’après-guerre -, vinifie désormais l’ensemble des vins de La Gorce avec le moins de sulfite possible et compte aussi développer quelques cuvées de mono-cépages. A suivre de très près.

Rouge Intense (AOC Médoc) : 14 €