Situé au centre de la France, le minuscule vignoble de Châteaumeillant dessine quelques traits de rouge et de rosé sur un océan de vins blancs. Gamay et pinot noir s’y assemblent pour produire des vins frais à boire dans leur jeunesse.

Avec seulement 81 ha en production, Châteaumeillant est certainement le petit poucet de la vallée de la Loire, et de loin la plus petite appellation de la région Centre-Loire, connue avant tout pour ses 22 millions de bouteilles de Sancerre vendues chaque année aux quatre coins du monde.

Le centre géographique de la France

Au sud de Bourges, né sur 7 communes de l’Indre et du Cher, Châteaumeillant ne jouit de l’appellation contrôlée que depuis 2010. Mais ses vins gris étaient renommés bien avant. On trouve des preuves écrites du vignoble sous la plume de Grégoire de Tours en 586. Et des fouilles archéologiques suggèrent une présence de vignes du temps des Gaulois, les « Bituriges Cubes ». Ce nom qui fait sourire a été repris pour une cuvée spéciale du domaine Nairaud Suberville : issue du seul vin de presse, elle est élevée trois ans, en grand volume, pour que ses tanins s’adoucissent. Le résultat vaut le détour, un vin puissant et structuré, au fruit intense, qui évoque la Bourgogne, malgré un assemblage 60% gamay 40% pinot noir.

Du gris puis du rouge

Aujourd’hui, le vin gris, un rosé élaboré comme un blanc, sans macération n’est plus la spécialité de Châteaumeillant. Les jeunes vignerons qui font revivre l’appellation, exsangue après le phylloxéra, se tournent surtout vers les rouges. Il est vrai que la plupart d’entre eux viennent des appellations proches, en particulier Quincy, pour diversifier leur production.
Etant donnée la petite taille du vignoble, on se doute que les exploitations elles-mêmes ne sont pas immenses. Quelques hectares en général, ce qui explique une spécificité originale : plusieurs vignerons se regroupent pour partager matériel et cuverie, mais chacun reste maître chez lui et vinifie entièrement à sa guise. Une forme de coopération qui est loin d’une coopérative et permet que pas moins de 21 domaines se côtoient.

Paysages de « La Mare au Diable »

Le vignoble est dispersé dans un paysage bucolique resté assez sauvage. C’est le pays où se déroule « La Mare au Diable », le roman de Georges Sand, dont on visite la maison. Les promenades y sont nombreuses. Chaque année dans la première quinzaine de septembre, à quelques jours des vendanges, la « Balade gourmande dans le vignoble » permet de découvrir la campagne et le vignoble, de faire connaissances avec les vins au cours de quelques étapes, où liquides et solides se font les ambassadeurs des vignerons.

A ne pas manquer :

Domaine Goyer à Néret
Domaine Lecomte à Avord
Domaine Nairaud Suberville à Châteaumeillant