La Devinière,  maison natale de Rabelais,  désormais dans l'aire d'appellation Chinon (photos I. Bachelard)
La Devinière, maison natale de Rabelais, désormais dans l'aire d'appellation Chinon (photos I. Bachelard)

A partir de la récolte 2016, l’aire de l’appellation Chinon s’agrandit pour englober huit nouvelles communes de la rive gauche de la Vienne. Autour de Seuilly, le village où se trouve la maison natale de François Rabelais, des zones oubliées dans la délimitation d’origine trouvent finalement leur place.

Le 1er septembre est paru au journal officiel le décret reconnaissant l’extension, minime, de l’AOC Chinon. Lorsqu’on regarde la carte de l’appellation Chinon telle qu’elle se présente aujourd’hui, s’étirant quasi symétriquement autour de la ville de Chinon sur les deux rives de la Vienne, au sud de la Loire, il semble que la délimitation aurait toujours dû avoir cet aspect. Sept des nouvelles communes, Seuilly, Lerné, Couziers, Saint-Germain-sur-Vienne, Thizay, Cinais, Candes-Saint-Martin se trouvent, dans un prolongement logique à l’ouest de Chinon. La huitième, Brizay remplit un vide à l’extrémité sud-est. Ce n’est visiblement pas pour une question de terroir que les décideurs de 1937, date de l’AOC Chinon, n’avaient pas inclus ces communes ! Elles possèdent les mêmes trois types de terroirs que les autres villages, les graves alluviales aux bords de l’eau, les coteaux argilo-calcaires et les plateaux de calcaire.

Une nouvelle délimitation cohérente

Jean-Martin Dutour, le président des vignerons de Chinon insiste sur la cohérence géographique, historique et sociologique de la délimitation : « Cela ne va pas modifier beaucoup la production. La nouvelle zone compte 400 ha, mais pour l’instant on passe de 2 350 à 2 400 ha en production ! Les huit nouvelles communes comptent dix-huit vignerons, dont la moitié travaillait déjà des parcelles de Chinon ». Il rappelle que c’est l’INAO, Institut national de l’origine et de la qualité, qui a encouragé la modification : « En fait, ce sont des vignerons de Seuilly, classés en AOC Touraine, qui souhaitaient mettre en avant leur encépagement particulier – chenin blanc et cabernet franc au lieu de sauvignon, gamay ou côt – dans une potentielle AOC Touraine-Seuilly ». Il a semblé à tous plus rationnel de les rapprocher de Chinon.

La Devinière, la maison qui vit naître François Rabelais en 1494 à Seuilly entre ainsi dans le périmètre, un juste retour des choses pour des coteaux et des breuvages qui accompagnent Gargantua et Pantagruel dans toute l’œuvre de l’auteur-moine-médecin.

Visionnaire château du Petit Thouars

Avec la nouvelle délimitation, Chinon se déploie vers le couchant jusqu’à la confluence entre Vienne et Loire, à Candes-Saint-Martin, un des plus beaux villages du vignoble ligérien.
A deux pas, à Saint-Germain-sur-Vienne, Sébastien du Petit Thouars n’est pas surpris du rapprochement. Lorsque son père Yves avait replanté le domaine familial dans les années 70, il avait déjà choisi les cépages qu’il pensait les mieux adaptés à ses terroirs, chenin et cabernet. Ses blancs et rouges, des touraines qui dénotaient, seront les classiques chinons de demain. La boucle est bouclée.

La Devinière, maison natale de François Rabelais à Seuilly se visite toute l’année www.musee-rabelais.fr
L’exposition « Le rire de Rabelais » s’y tient jusqu’au 2 janvier 2017.