La 18e édition du Concours National des vins IGP, qui s’est clôturée mardi 23 mars avec les dégustations des productions du Languedoc-Roussillon au Domaine de Manse, à Lattes (Hérault), a délivré une pluie de médailles. Il a aussi confirmé la place de l’Occitanie comme leader et moteur du marché français avec 80% de la production nationale sur ce segment.

Annulé l’an passé pour cause de crise sanitaire, le Concours National des vins IGP (anciennement vins de pays) a trouvé la parade pour l’édition 2021 : organiser les dégustations sur quatre lieux différents, situés au cœur de grandes régions de production que sont le Sud-Est, le Sud-Ouest, le Val de Loire et le Languedoc-Roussillon. “Cette édition dans un nouveau format représente une belle opportunité pour les entreprises de rebondir et de ne pas subir la situation”, souligne Christophe Bou, président d’InterIGP. Confirmation dans les faits avec pas moins de 768 échantillons inscrits au concours, contre 698 en 2019. “Nous avons eu près de 20% de vins présentés en plus. C’est très positif : cela reflète le dynamisme à la fois des IGP et des entreprises, ajoute le président d’InterIGP. Dans le contexte actuel, c’est très rassurant.” Et un fil conducteur : les 75 IGP françaises se portent plutôt bien avec 37% de la production nationale, soit une bouteille sur trois présente sur le marché.

L’Occitanie totalise plus de 80% des volumes produits en IGP

L’Occitanie détient d’ailleurs une place majeure sur ce segment, totalisant plus de 80% des volumes produits, majoritairement en rouges ou rosés. Ces derniers sont de plus en plus plébiscités par les consommateurs et les producteurs en sont conscients. En effet, 30% des échantillons présentés et dégustés sur les quatre sessions régionales étaient des rosés, contre 29% de rouges et 41% de blancs (chiffres sur le bassin LR : 28% de rosés, 38% de rouges et 34% de blancs). “L’IGP est devenue le lieu de l’innovation et la modernité car nous savons rapidement répondre à la demande sociétale”, se félicite Denis Verdier, le président de la fédération des vins IGP du Gard. D’ailleurs, si la consommation globale de vins est en baisse, les ventes d’IGP en grande distribution sont en plein essor. Elles ont progressé tout au long de l’année 2020, qu’elles soient avec mention de cépage (+5,8% en volume et +6,1% en valeur) ou sans mention de cépage (+4,9% % en volume et +7,1% en valeur).

370 vins dégustés pour le bassin Languedoc-Roussillon

Ce mardi 23 mars au matin, le domaine de Manse, à Lattes (Hérault), a accueilli les dernières dégustations pour le bassin du Languedoc-Roussillon (IGP Pays d’Oc, IGP Sud de France, IGP du Roussillon et IGP Terres du Midi) qui représentait 48% des inscrits. 12 jurys de professionnels (œnologues, maîtres de chai, cavistes, sommeliers, importateurs, journalistes) ont pris place ans “la plus grande salle de dégustation au monde, dixit Jacques Gravegeal, le président du syndicat des producteurs des vins Pays d’Oc IGP. Ici, plus de 7 millions d’hectolitres de vins ont déjà été dégustés !”

Heureusement pour les dégustateurs, il y en avait beaucoup moins au programme : 127 blancs, 104 rosés et 139 rouges à déguster à l’aveugle et à noter sur 20 selon des critères classiques (œil, nez, bouche). “C’est un moment important pour les IGP, ajoute-t-il, ces médailles sont un boost commercial et la reconnaissance de la qualité de nos produits.” En tout, 110 médailles d’or, 105 d’argent et 22 de bronze ont été décernées par les jurés. Des macarons, bien visibles sur les bouteilles, qui vont permettre aux entreprises de mettre en avant leurs cuvées lauréates sur les marchés. A l’heure d’une crise sans précédent, ce coup de projecteur est une vraie aubaine commerciale pour les producteurs de vins IGP.

Le palmarès complet des vins médaillés est à retrouver ici !

Photos @ Jossuah Theophile