Ci-dessus : Thibaut Brocard dans ses vignes.
Ci-dessus : Thibaut Brocard dans ses vignes.

La distanciation sociale, principe de base pour enrayer la pandémie de COVID-19, oblige les vignerons à prendre des mesures sur leurs exploitations, alors que les travaux des vignes continuent. Tour d’horizon en Champagne.

Le temps est à l’adaptation dans les exploitations, la distanciation culturale n’étant pas possible – la vigne ayant démarré son cycle végétatif – les vignerons doivent s’adapter pour continuer à travailler en prenant les précautions nécessaires.

Pour Stéphane Vignon, vigneron à la tête de 7 hectares sur la Montagne de Reims, il s’agit de respecter les distances de sécurité et mettre un véhicule à disposition de chaque salarié. En Champagne, la distance d’écart entre chaque rang est d’un mètre entre, ce qui permet à chaque ouvrier de travailler en toute sécurité. Même constat pour Romain Henin, vigneron en conversion bio à Aÿ, aux portes d’Épernay. « Nous avons la chance de travailler le vivant, la vigne n’attend pas, nous avons chacun un véhicule, tant pis pour le bilan carbone », dit-il, avant d’aller plus loin : « oujours deux rangs d’écart entre nous ».

Du matériel désinfecté

Pour Thibaud Brocard (Champagne Pierre Brocard, photo ci-dessous) à Celles-sur-Ource dans l’Aube, il a aussi fallu s’adapter. « Nous désinfectons le matériel pour que chacun puisse travailler sereinement et en toute sécurité, l’idée est que chacun puisse être autonome, sur une petite exploitation comme la nôtre c’est facile ».

Tous ont dû reporter sine die les expéditions comme Alexandre Moutard (Champagne Moutard) sur la Côte des Bar (Aube) travaillant majoritairement avec les hôtels et restaurants. L’habillage, une tâche qui reste largement manuelle pour la plupart des vignerons, est aussi proscrit ou très largement réduit. « Je me charge de cette tâche moi-même afin de limiter les contacts », explique Thibaud Brocard.

Pour rappel, Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture, a confirmé mardi 17 mars auprès de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats des Exploitants Agricoles) que « les viticulteurs sont autorisés à se rendre jusqu’à leurs parcelles pour effectuer les travaux de la vigne ». Cela n’exempte pas en revanche de respecter les formalités administratives nécessaires à la circulation des personnes.

En attendant des jours meilleurs, tous les vignerons contactés s’engagent à respecter au maximum le principe de confinement et sont solidaires envers le personnel soignant et les mesures drastiques prises par le gouvernement.

Rappel : Conformément aux mesures en vigueur, tous les vignerons ont été contactés par téléphone, message ou par mail.