L’appellation Crozes-Hermitage affiche une solidarité haute en couleurs avec la restauration lyonnaise. L’appellation du Rhône Nord s’est rapprochée de cinq artistes du collectif Superposition, association dédiée à la promotion des cultures urbaines, pour “rhabiller” la devanture de restaurateurs.

La prise de parole est inédite et collective, à trois voix par des professions parmi les plus touchées par la crise sanitaire, restaurateurs, artistes et vignerons, qui ont fait le choix de la créativité comme moyen de contestation. “Cette dynamique originale entre passionnés souffrant de la crise se veut d’abord un soutien aux restaurateurs qui représentent pour beaucoup d’opérateurs de Crozes jusqu’à 80% des débouchés, explique Jacques Grange (Delas) co-président de l’appellation. Nous voulions leur marquer notre sympathie, un peu comme une visite amicale à un malade. C’est une démarche originale et solidaire pour donner davantage de visibilité au message”. A la suite du happening du collectif lyonnais qui s’est déroulé les jeudi 7 et vendredi 8 janvier, cinq restaurants aux profils gastronomiques divers (gastronomique, bar à vin, bouchon lyonnais, brasserie et bistrot)* vont afficher pendant plusieurs semaines des fresques originales, représentant ainsi le partage, la convivialité, et la passion du produit. Une manifestation silencieuse qui vise à soutenir un secteur particulièrement touché en faisant appel à l’art éphémère pour interpeller le public lyonnais privé de restaurants.

Une appellation qui a la cote

Lyon représente le premier marché en France de l’appellation qui entretient des liens forts avec la ville, notamment à travers l’opération Wine & Transat créée il y a 11 ans et le club Crozes Lovers, qui compte plus de 2000 membres à Lyon. “Pendant longtemps, Lyon buvait surtout du beaujolais et en Rhône Nord, plutôt du saint-joseph. En étant plus présent dans cette capitale de la gastronomie depuis deux décennies, nous avons gagné des parts de marché et nous sommes désormais largement diffusé dans tous les types d’établissements », précise Jacques Grange. L’opération estivale Wine & Transat, consistant en des dégustations-découvertes et ateliers mets-vins conviviaux sur une péniche en bord de Rhône, a permis aux vignerons de rencontrer de nouveaux consommateurs, plus jeunes, curieux, qui ont soif d’apprendre.

L’appellation bénéficie désormais d’une jolie cote de sympathie auprès de la restauration lyonnaise, ce que confirme Maxime Périer du Café du Peintre, l’un des bénéficiaires du happening. “Crozes est très en vue et en vogue ici. Les vins sont parmi les meilleurs rapports qualité-prix du Rhône Nord ; ils correspondent à l’esprit de convivialité des bouchons lyonnais et à leur gastronomie. L’appellation compte de plus en plus de vinificateurs et des nouveaux talents à découvrir à seulement une heure de route”. Maxime Périer se félicite de participer à l’opération qui va redonner vie et couleurs à sa façade, bien triste depuis la fermeture, en attendant avec impatience de pouvoir resservir des crozes-hermitages sur ses plats. “Les rouges fonctionnent en toute saison et les blancs, en demande en croissance, se marient bien avec des plats d’hiver comme des poissons en sauce. J’espère que nous pourrons garder cet habillage éphémère plusieurs mois, au moins jusqu’à la réouverture pour que nos clients en profitent”.

* Dans l’ordre du diaporama : Bel Ami, Le café du Peintre, Brasserie Bocuse Le Nord, Monsieur P., Bistrot Orcia – photos DR