Le présentation professionnelle de la sélection des Crus Bourgeois du Médoc 2015, qui se déroulait aujourd’hui au Palais de la Bourse de Bordeaux, a été l’occasion de mettre en lumière un millésime flatteur et de faire le point sur les grands chantiers qui attendent l’Alliance dans les mois à venir.

Avec le millésime 2015, les Crus Bourgeois du Médoc présentaient aujourd’hui aux professionnels (acheteurs et journalistes) leur 8ème Sélection Officielle. Un rendez-vous annuel lancé avec le millésime 2008, et qui a validé cette année 271 vins (soit sept de moins que l’année dernière). Au total, cette sélection représente 32 millions de bouteilles qui seront commercialisées dans les prochains mois – à hauteur des précédents records établis en 2009 et 2010, la sélection la plus modeste étant 2013 avec 20 millions de bouteilles.
Les Crus Bourgeois représentent environ 31% de la surface viticole (et de la production) du Médoc sur plusieurs appellations d’origine contrôlée : Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc, Moulis, Margaux, Pauillac et Saint-Estèphe.

« 2014 était déjà un très beau millésime, mais il est clair que ce 2015 qui arrive sur le marché bénéficie d’une très belle image », explique Olivier Cuvelier, Président de l’Alliance des Crus Bourgeois. « On a une sélection assez large, avec 32 millions de bouteilles produites et 271 vins retenus, grâce aux beaux volumes réalisés sur ce millésime. Globalement, on sent une attente manifeste des professionnels et des consommateurs : nous sommes sur des créneaux de prix qui connaissent peu de variables d’un millésime à l’autre, et nous sommes en présence de la plus belle qualité depuis 2010. Pour les acheteurs de vins, c’est l’occasion de dénicher de très beaux rapports qualité-prix ».

Premiumisation

Outre l’attrait de ce 2015, c’est le grand chantier du « nouveau » classement des Crus Bourgeois qui attise la curiosité. Le retour, programmé pour 2020, à une hiérarchie – un temps abandonnée – entre crus bourgeois, crus bourgeois supérieurs et crus bourgeois exceptionnels, est en réflexion depuis plusieurs années. Elle avait été amorcée par l’ancien Président Frédéric de Luze (décédé l’an dernier) et, après quelques retards à l’allumage, semble trouver consensus. « Comme vous le savez, on a fait valider à 78% un projet de cahier des charges qui patinait depuis deux ans », rappelle Olivier Cuvelier. « Cela nous a donné une brutale accélération ; on a passé une année très laborieuse à plancher sur un plan de vérification, qui précise le cahier des charges. Nous sommes en discussion très active avec les deux ministères dont nous dépendons pour ce sujet (Agriculture et Économie, NDLR), et on ne saurait trop dire à quel point les mentalités ont changé avec le nouveau gouvernement. Les interlocuteurs sont attentifs, ouverts, sensibles aux questions économiques : aujourd’hui on constate que notre offre tend à se tasser, avec une demande qui va naturellement se tourner vers les premiers prix (par exemple en Chine), or notre projet de classement quinquennal entre dans une logique de premiumisation. Si nous voulons nous en sortir dans un contexte mondial très concurrentiel, ce sera forcément par le haut ».

Pour accéder aux plus hautes strates du classement, les propriétés devront dévoiler des verticales de haut niveau, afin de juger les vins sur la durée et non pas sur un seul millésime. Le prix, les infrastructures ou d’autres considérations annexes n’entreront pas en ligne de compte. « Il y aura forcément des surprises dans ce classement », annonce Olivier Cuvelier. « La dégustation sera seule juge, complétée par une visite sur site pour vérifier la cohérence entre ce qu’il y a dans la bouteille et ce qu’il y a au vignoble. On oublie les belles bâtisses et les parkings… »

Le plan de vérification devant être voté courant octobre, les Crus Bourgeois attendent le feu vert des ministères début 2018 pour pouvoir enclencher concrètement la procédure de classement. « Nous sommes très optimistes ; nous voyons bien qu’il y a une vraie volonté politique de valoriser la qualité de la production française, sans quoi nous serons balayés », explique Olivier Cuvelier. « A condition bien sûr qu’on ne tombe pas dans les travers ridicules qui stigmatisent le vin, comme la dernière campagne de prévention contre l’alcoolisme – d’ailleurs bien sûr j’ai signé la pétition… A une époque où les gens boivent moins mais mieux, on se demande comment un tel projet a pu être pondu ». En attendant, de l’Asie à l’Amérique du Nord, et d’ici le classement, les Crus Bourgeois du Médoc poursuivent leur stratégie de conquête.

« Terre de Vins » a aimé…
Sur un millésime comme 2015, nombreux sont les châteaux qui, dans des styles différents, ont sorti leur épingle du jeu et ont signé de très jolis vins. Mais le coup de cœur du jour revient à Château Reverdi, en appellation Listrac-Médoc. Un assemblage étonnant (30% cabernet sauvignon, 35% merlot, 35% petit verdot), un élevage tout en douceur (un an, à peine 10% de fût neuf) pour un vin plein, pulpeux, juteux, porté par de douces épices et une touche de poivre, beaucoup de chair et d’allonge. Un vrai beau Médoc de plaisir, à partager à table avec des amis. A 13,90 € TTC, on aurait tort de s’en priver.

N’oubliez pas de réserver vos places pour notre soirée Dégustation de Crus Bourgeois du Médoc, le 19 octobre à Bordeaux !